[Video] Thomas Pesquet est à bord de la Station Spatiale Internationale

27 Novembre, 2016, 13:48 | Auteur: Stephane Girardot
  • Le lanceur Soyouz a quitté à 07 H00 heure locale son hangar avant de rejoindre tracté par une locomotive à très lente allure à travers l'immense cosmodrome le pas de tir à partir duquel il décollera vers l'ISS  AFP

Ils sont désormais six à orbiter à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes.

Après plus de 48 heures dans leur capsule spatiale Soyouz, le Français Thomas Pesquet, le Russe Oleg Novitski et l'Américaine Peggy Whitson ont pris leurs quartiers dans la station spatiale internationale, dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 novembre.

Le Français sera accueilli par les trois astronautes présents dans l'ISS depuis un mois: l'Américain Shane Kimbrough, et les Russes Sergueï Ryjikov et Andreï Borissenko.

Une " photo de famille " est venue illustrer ce moment chargé en émotion.

Les trois astronautes sont partis à 2h20 locales vendredi (22h20 à Paris jeudi).

Nous vous regardons, et nous ne pourrions pas être plus fiers.

"Amarrage confirmé", a annoncé un commentateur de la NASA lorsque la capsule s'est amarrée à l'ISS à 21H58 GMT, selon des images en direct de l'agence spatiale américaine. Cette procédure est classique pour chaque arrivée à bord de la station, les astronautes passant en général deux jours dans le module d'environ 5 m. La séparation de la capsule Soyouz MS-03 du troisième étage du vaisseau spatial est intervenue neuf minutes après le décollage, jeudi. Le temps de s'assurer de la parfaite étanchéité entre Soyouz et l'ISS.

Les capsules Soyouz sont désormais les seules à pouvoir acheminer des astronautes vers l'ISS, depuis la fermeture du programme de navettes américaines en 2011. 55 autres expériences doivent être réalisées en coopération avec les agences spatiales américaine, canadienne et japonaise. Le Français, âgé de 38 ans, sera également lui-même un objet d'études.

Peggy Whitson procèdera quant à elle à des expériences sur l'impact de la lumière sur le cycle de sommeil, tandis qu'Oleg Novitski fera pour le compte de l'agence spatiale russe Roskosmos plus de 50 expériences scientifiques. Des relevés permettront de mesurer l'impact de la vie dans l'espace sur le corps humain, des analyses qui permettront peut-être de mieux prendre en charge des maladies musculaires sur Terre et aussi de préparer de futures missions spatiales. Si le Français en est à son premier vol spatial ce n'est pas le cas de la vétérante Peggy Whitson qui avec ce vol, totalise d'ores et déjà 376 jours dans l'espace et six sorties extravéhiculaires.

Recommande: