EDF mise sur 2018 pour atteindre son objectif de cash-flow

16 Février, 2017, 21:53 | Auteur: Stephane Girardot
  • EDF s'attend à une nouvelle année difficile avant un rebond en 2018

Mardi 14 février, l'électricien a présenté des résultats fortement dégradés pour l'année écoulée. Son chiffre d'affaires s'est affaissé de 5,1 % à 71 milliards d'euros, tandis que le résultat brut d'exploitation a décliné dans la même proportion, à 16,4 milliards.

L'an dernier, le bénéfice net a été multiplié par près de deux et demi à 2,9 milliards d'euros grâce à des dépréciations moindres qu'en 2015 et un allongement de la durée d'amortissement de certains réacteurs nucléaires en France.

Le groupe table en outre pour 2017 sur une production nucléaire en France comprise entre 390 et 400 térawatts-heure (TWh), après le faible niveau de 384 TWh (-7,9%) enregistré en 2016 en raison des arrêts de plusieurs réacteurs pour des contrôles imposés par l'Autorité de sûreté nucléaire.

"Notre plan de performance s'exécute solidement et conformément à nos attentes. Nous voyons que 2017, comme prévu, sera une année encore difficile, mais que 2018 sera l'année du rebond", a commenté M. Lévy.

Le groupe a ainsi confirmé son objectif d'un flux de trésorerie (cash flow) positif en 2018 (hors déploiement du compteur Linky, nouveaux développements et cessions d'actifs), tout en précisant cependant qu'il s'entendait hors acompte sur dividende pour l'exercice concerné.

Confronté à de lourds investissements - dans le nucléaire français, l'EPR britannique d'Hinkley Point ou encore le rachat de l'activité réacteurs d'Areva -, EDF envisage une augmentation de capital de 4 milliards d'euros, à laquelle l'Etat français s'est engagé à participer à hauteur de 3 milliards, prévue d'ici à fin mars.

Le Conseil d'administration d'EDF a décidé d'engager l'augmentation de capital de 4 milliards d'euros. Celui-ci sera de 55-65% en 2017 avant d'être ramené à 50% en 2018 puis à 45-50% au-delà.

Recommande: