L'infante relaxée, son mari condamné à la prison — Espagne

17 Février, 2017, 16:25 | Auteur: Gregory Millet
  • Espagne l'infante Cristina relaxée de la prison pour son mari

Iñaki Urdangarin, 49 ans, ancien médaillé olympique de handball, est en effet poursuivi pour malversations, fraude fiscale, trafic d'influences, escroquerie et blanchiment.

Le juge d'instruction avait tenu à ce que l'infante soit poursuivie pour complicité de fraude fiscale, tandis que le Trésor public et le parquet considéraient qu'elle n'avait commis aucun délit. Son époux en revanche est condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Rappel des faits. En janvier 2016, Cristina de Bourbon, fille du roi d'Espagne Juan Carlos Ier, était le premier membre de la famille royale à comparaître devant un tribunal.

La soeur du roi d'Espagne "a réagi (au jugement) avec satisfaction, mais aussi (.) avec la contrariété de voir son mari condamné, une condamnation qu'elle considère injuste car elle a toujours cru, elle croit et continuera de croire en son innoncence", a expliqué à la presse M. Roca à Barcelone, après s'être entretenu au téléphone avec sa cliente.

Urdangarin était accusé d'avoir utilisé son ancien titre de duc de Palma pour détourner six millions d'euros en fonds publics par le biais de l'Institut Noos, un organisme qu'il dirigeait en collaboration avec un associé et dont la mission était d'organiser des événements sportifs.

Tout au long du procès, le procureur Pedro Horrach aura clairement pris la défense de Cristina. Selon le dossier, une partie des fonds détournés avaient été reversés à une société appartenant conjointement à Inaki et Cristina. "Ce serait pour moi une surprise si elle était condamnée", insistait-il encore en novembre devant des journalistes, selon AFP. Car à l'extérieur du tribunal, des Espagnols réclamaient qu'ils soient jugés "comme n'importe quel autre citoyen". Cristina a toujours dit qu'elle ne savait rien des dossiers évoqués au procès et faisait pleinement confiance à son époux.

Elle était passible d'une peine de huit ans de prison.

La princesse Cristina travaille pour une banque espagnole en Suisse, où elle vit avec sa famille.

L'affaire dite "Noos" avait ébranlé la monarchie espagnole à la popularité en berne en pleine crise économique, et précipité l'abdication du père de Cristina, le roi Juan Carlos, en 2014, au profit de Felipe VI. Depuis, le souverain a pris publiquement ses distances avec sa soeur, bannie de tous les actes officiels. M. Matas avait admis avoir donné l'ordre d'attribuer des contrats à la Noos - sans appels d'offres ni discussion des prix - parce que M. Urdangarin était alors le gendre du roi.

Recommande: