Candidat ou pas? La réponse attendue ce mercredi — Bayrou

24 Février, 2017, 03:00 | Auteur: Gabriel Abbadie
  • François Bayrou le 25 septembre dernier

L'objectif de François Bayrou est donc clair. "Deux caractères, aussi têtus, ambitieux l'un que l'autre, ce ne sera pas simple". "Peut-être que le projet de dépassement des clivages est à portée de main", a expliqué le président du MoDem. Il est désormais au service du fondateur d'En Marche! Emmanuel Macron a aussitôt répondu favorablement à ces exigences.

Le sondeur Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion et stratégies d'entreprise de l'Ifop, résume l'immense difficulté qui se posait au patron du MoDem: "Pour l'opinion publique, Bayrou reste la figure emblématique du centre".

"Sortie de l'euro, protectionnisme, rapprochement avec la Russie au détriment des États-Unis et politique migratoire particulièrement rigoriste: les mesures préconisées par la candidat d'extrême-droite n'apparaissent pas seulement 'anti-business' mais également porteurs de risques structurels pour l'économie française et l'entreprise."

Autre facteur d'incertitude, la justice enquête sur François Fillon, 62 ans, et Marine Le Pen, 48 ans, pour des affaires d'emplois fictifs. "Cela change clairement l'air de la campagne". "François Bayrou est très populaire, rappelle Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop". Pas vraiment donc de quoi bousculer les intentions de vote et constituer un apport décisif en vue de l'élection du candidat Macron.

Mais ce ralliement est-il porteur sur un plan électoral?

Rassembler et canaliser Emmanuel Macron. Ce qui fait dire à l'ancien ministre Dominique Bussereau dans les colonnes du Parisien : "S'il s'était présenté, il aurait plus mordu sur l'électorat de Macron que celui de Fillon". Cherchez l'erreur!". De même pour Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, qui s'est exprimé dans un communiqué: "Après avoir qualifié Emmanuel Macron de +candidat des forces de l'argent+ et après avoir soutenu François Hollande en 2012, François Bayrou souhaite s'allier à Emmanuel Macron. "D'ailleurs, Alain Juppé lui-même a apporté son soutien à François Fillon sans condition dès le soir du second tour de la primaire", rappelle-t-elle.

Ce mercredi, François Bayrou a rompu le suspense. Emmanuel Macron s'est empressé, bien sûr, d'accepter l'alliance qui lui est proposée.

Le spectre du 21 avril refait surface.

François Bayrou qui doit annoncer demain s'il est candidat ou non est à 5,5% (=) pour l'Ifop et à 6% (+1) pour Elabe. "La campagne d'Hamon n'imprime pas, lâche François Patriat".

Le problème, dès lors, est de savoir si la combinaison Macron-Bayrou est suffisamment attractive pour propulser le premier en finale du duel présidentiel français. Leur alliance scellerait une frontière avec la gauche. Une bonne nouvelle pour le leader d'En Marche. "C'est un élément de clarification politique, a affirmé le député Alexis Bachelay sur FranceInfo. Au fond, on ne savait pas jusqu'à présent si Emmanuel Macron était plutôt vers la gauche ou plutôt vers la droite, je pense que là maintenant, il se dirige clairement vers la droite".

A droite, un repoussoir?

Recommande: