5 questions sur le nouveau logo en couleur — Etiquetage nutritionnel

15 Mars, 2017, 14:11 | Auteur: Timothe Dupuy
  • A partir d'avril la vignette Nutri Score sera apposée sur les emballages des produits alimentaires

Dès le mois d'avril, un nouveau logo nutritionnel de couleur devrait les inciter à acheter des produits moins riches en graisse, en sel et en sucre. "En clair, les consommateurs sont davantage attentifs et ont privilégié des aliments plus sains".

Débutée en septembre 2016, l'expérience a été menée dans 60 supermarchés situés dans 4 régions de France, pendant 10 semaines. Le nouveau logo nutritionnel adoptant un code couleur - qui avait été longuement débattu - selon la qualité des aliments va entrer en application en avril, annonce ce mercredi la ministre de la Santé dans Le Parisien. Selon les résultats évalués par un comité scientifique indépendant, ces logos permettent de modifier les comportements d'achats des consommateurs: "Trois des systèmes testés (Nutri-Couleurs, Nutri-score et SENS) ont sans ambigüité un effet positif au regard du critère qu'a retenu le comité scientifique, à savoir le score FSA". Cet étiquetage n'a pas pour objectif de dire aux Français: "Arrêtez les produits gras et sucrés " mais de donner à chacun les armes appropriées pour se protéger ". La réglementation européenne ne permet pas de le rendre obligatoire.

"Je compte sur la pression des consommateurs, qui demandent à être informés, pour que les industriels s'engagent dans cette voie", insiste Marisol Touraine.

Tous les supermarchés de France pourront proposer des produits avec ce logo apposé. "Il y a 30% d'adultes en surpoids, 15% en obésité". Toutefois, ce système Nutri-Score sera facultatif et reposera donc sur le volontariat des entreprises de l'agroalimentaire et des distributeurs.

Quel est l'objectif de cette mesure?

Notre consultant santé considère cet étiquetage comme une "information complémentaire utile" mais appelle à prendre aussi en compte d'autres facteurs.

Mais les industriels s'étaient élevés contre le projet, qu'ils estimaient stigmatisant pour leurs produits, et avaient empêché que l'adoption du système Nutri-Score ne soit validée par un décret. "Il y aujourd'hui tellement d'indications sur les produits qu'elles sont trop difficile à analyser", estime Marisol Touraine dans son interview au Parisien.

Ce système d'évaluation nutritionnelle comportant cinq couleurs avait été imaginé en 2014 par le président du Plan national nutrition santé (PNNS), l'épidémiologiste Serge Hercberg, puis préconisé par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Pour Emilie Tafournel, directrice qualité de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), " le fait de seulement mettre des couleurs pose un problème de compréhension pour le consommateur: s'il voit un produit rouge, que va-t-il penser: qu'il est dangereux? "Je ne souhaite pas bannir le plaisir de manger et de partager", se défend-elle.

Recommande: