Affaire des costumes: Fillon dénonce une "chasse à l'homme"

15 Mars, 2017, 08:01 | Auteur: Remi Laffitte
  • François Fillon à Meaux le 27 février dernier

Après le coup de tonnerre, la foudre est tombée.

"Il ne reculera pas, il n'affadira pas son projet", avait prévenu Bruno Retailleau, sénateur LR de la Vendée et proche du candidat LR, dès le lendemain de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite. Jamais, dans les annales de la Ve République, un prétendant à l'Elysée n'avait encore été à ce jour sous le coup d'une inculpation et encore moins d'une triple mise en examen.

"Nous engagerons aussi, dans le respect de la séparation des pouvoirs, un processus associant étroitement les parlementaires, en vue de la modernisation de leur statut et de celui de leurs collaborateurs", a également annoncé François Fillon, alors que la justice enquête sur des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants comme collaborateurs parlementaires.

A près d'un mois de l'élection présidentielle, François Fillon a été mis en examen par les trois juges chargés d'instruire le dossier des soupçons d'emplois fictifs dont auraient bénéficié son épouse Penelope Fillon et ses enfants.

Une triple inculpation dont François Fillon a obtenu qu'elle lui soit signifiée par les juges Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau 24 heures avant la date prévue.

"Ça devient insupportable", a pour sa part réagi le porte-parole du candidat, Luc Chatel, qui a dénoncé sur Europe 1 "une campagne de caniveau". De fait, ce mardi après-midi, alors qu'il s'exprimait devant la Fédération nationale des chasseurs, le député de Paris n'a rien laissé transparaître sur ce que les magistrats venaient de lui signifier. Comme tout justiciable confronté à ce type d'affaire, la démonstration de la culpabilité de leur champion reste à faire. Elles concernent cette fois-ci, sa garde-robe.

Selon Le Figaro, François Fillon a refusé de répondre aux questions des juges d'instruction.

Troisième dans les sondages, derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron, François Fillon (20% d'intention de vote) doit désormais assumer d'être mis en examen. Lesquels ont des délais légaux à respecter avant de trancher. Mais sans mettre de l'eau dans son vin comme le lui réclamaient certains républicains. Il leur a toutefois lu une déclaration, ce que l'entourage du candidat a confirmé à l'AFP. "On va continuer jusqu'où?"

Fillon a par ailleurs expliqué avoir finalement renoncé à présenter la liste de son gouvernement pendant la campagne, initialement promise dans la foulée de sa victoire à la primaire de la droite. Embauchés comme assistants parlementaires de leur père au Sénat entre 2005 et 2007 alors qu'ils étaient étudiants, ils auraient touché à eux deux 86.076 euros bruts.

Recommande: