Lavrov déplore l'absence de quelques factions de l'opposition armée — Pourparlers d'Astana

15 Mars, 2017, 04:06 | Auteur: Timothe Dupuy
  • La conférence d'Astana maintenue malgré l'appel de rebelles syriens

De son côté, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, s'est dit surpris par le refus de l'opposition syrienne de participer aux négociations d'Astana et a dit ne pas être convaincu par les raisons avancées officiellement.

"Nous avons évalué les dernières nouvelles, ensemble avec le ministère de la Défense".

Les délégations russe, iranienne, turque, des Nations unies et du régime syrien ont engagé, mardi 14 mars à Astana, au Kazakhstan, les négociations pour la résolution du conflit en Syrie. L'objectif, à terme, est de tenter de trouver une solution à la guerre qui a fait plus de 320 000 morts en Syrie depuis 2011. Au cours du deuxième round des négociations qui s'est tenu en février, les parties concernées ont défini la composition du groupe d'observation réunissant des représentants de Moscou, d'Ankara et de Téhéran.

Mais l'absence des factions rebelles syriennes laisse peu d'espoir. Pour sa part, le président syrien Bachar al-Assad a indiqué, dans un entretien publié lundi, que l'avenir de son pays ne serait décidé qu'après "en avoir fini avec les extrémistes " et avoir réalisé une réconciliation nationale.

Osama Abu Zaid, un autre porte-parole des " rebelles " a dit qu'ils avaient pris une décision définitive, celle de ne pas aller aux pourparlers à la suite de l'échec de la Russie de mettre fin à ce que dit l' "opposition", qui parle de violations généralisées du cessez le feu turco-russe de décembre dernier. Les trois pays garants précisent que "cette trêve ne concerne pas les groupes terroristes".

Au début du mois, l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, jugeait que ce troisième tour de table au Kazakhstan traiterait du "maintien du cessez-le-feu, de mesures immédiates pour construire la confiance et de questions opérationnelles en matière de lutte contre le terrorisme".

Recommande: