Procès Gdim Izik: Les avocats des accusés ont encore une fois dérapé

15 Mars, 2017, 08:28 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Reprise à Salé du procès des événements de Gdim Izik

La Cour d'appel de Salé a repris le 13 mars l'examen du procès des accusés dans les évènements de Gdim Izik. "Le président n'hésite pas à donner la parole à la défense des accusés, à la défense des parties civiles ainsi qu'au procureur général", a témoigné cette observatrice dans une déclaration à la presse.

A rappeler que trois avocats français, chargés de la défense de accusés avaient irrité le public qui a suivi le procès, à travers un communiqué prétendant que leurs clients " subissaient des violations multiples, que le procès avait eu lieu dans des conditions inéquitables, que le droit à la défense n'a pas été respecté et que les membres des familles des accusés se faisaient humilier devant le tribunal ".

Les avocats à l'origine du communiqué avancent qu'ils sont insultés et ignorent ce que vont faire encore les autorités pour les amener à se retirer le plus tôt possible du procès, a-t-il ajouté. Au cours de cette cinquième audience, il a été procédé à l'interrogatoire des personnes poursuivies dans cette affaire. Le parquer général s'étonne de la publication par ces avocats étrangers de ce communiqué au moment où la défense des accusés exerçait pleinement ses droits, comme garantis par la Constitution et la loi marocaine, et des accusations portées contre les autorités qui chercheraient, selon eux, à les pousser à se retirer de l'équipe de la défense.

Les 25 Sahraouis sont accusés de l'assassinat de 11 membres des forces de sécurité marocaines durant des émeutes déclenchées par le démantèlement en novembre 2010 du camp de Gdeim Izik, près de Laâyoune, au Sahara occidental sous contrôle marocain. Les affrontements sanglants de 2010 avaient fait onze morts et 70 blessés parmi les forces de l'ordre, et quatre parmi les civils. La vidéo projetée fait partie des pièces qui ont été transférées à la Cour d'appel par la Cour de cassation, qui est une juridiction de renvoi. La juridiction a en outre décidé de convoquer les témoins dont la liste a été soumise par la défense ainsi que les rédacteurs des procès-verbaux de la Gendarmerie royale.

La Coordination espagnole des associations amies avec le peuple sahraoui avait déjà organisé à Madrid devant l'ambassade du Maroc en décembre et en janvier, dates des procès des prisonniers de Gdeim Izik à Rabat, des manifestations similaires qui ont vu la participation de plusieurs personnalités politiques dont l'eurodéputée Paloma Lopez et d'autres Espagnols militant pour la cause sahraouie.

Recommande: