Renault suspecté d'avoir truqué les émissions polluantes de ses moteurs

15 Mars, 2017, 12:06 | Auteur: Stephane Girardot
  • EcoQuick									
					
								3,5 MILLIARDS €			
				Renault risque 3,5 milliards d'euros d'amende pour fraude au logiciel
truqueur

Une enquête judiciaire est en cours.

"Le Groupe Renault n'entend pas commenter une instruction en cours, procédure confidentielle par nature et à laquelle l'entreprise n'a, à ce stade, pas accès".

Dans la matinée, Renault a démenti ces accusations, réaffirmant respecter les règles d'homologation des véhicules. 'Renault ne peut en conséquence confirmer la véracité, l'exhaustivité et la fiabilité des informations contenues dans cet article. "Renault rappelle qu'aucun de ses services n'a enfreint les règles, européennes ou nationales, relatives à l'homologation des véhicules", conteste le constructeur, assurant que "les véhicules Renault ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution" et qualifiant l'article de Libération de "déséquilibré". Le groupe dit qu'il justifiera de son respect de la règlementation auprès des magistrats en charge d'instruire ce dossier, auxquels il réserve ses explications.

L'action Renault baisse de 2,45% à 10h06 à la Bourse de Paris à la suite de l'article de Libération.

Le quotidien Libération rapporte qu'un procès-verbal (PV) de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) 'met en lumière le comportement de Renault en matière d'émissions polluantes et se montre sévère'.

Recommande: