Décret migratoire: Trump promet d'aller "jusqu'à la Cour suprême"

16 Mars, 2017, 07:33 | Auteur: Gregory Millet
  • ETATS-UNIS : Des Etats américains contestent en justice le nouveau décret migratoire de Donald Trump

Le juge s'appuie notamment sur plusieurs déclarations de Donald Trump à l'égard des musulmans, notamment pendant sa campagne électorale, pour avancer que le décret comporte "des preuves significatives et non réfutées d'animosité religieuse". Nous allons nous battre contre cette terrible décision, nous allons aller aussi loin qu'il le faut, y compris jusqu'à la Cour suprême.

Elle intervient par ailleurs quelques heures avant l'entrée en vigueur prévue du texte.

Le décret qui a été bloqué était une version édulcorée du premier qui avait également été bloqué par un autre juge et n'aurait jamais dû l'être.

Mais les opposants au décret ne sont pas convaincus de cette urgence et affirment que la nouvelle mouture continue de viser de façon discriminatoire les musulmans. "La Constitution a une fois de plus permis de freiner le décret scandaleux et diffamatoire" du président américain, s'est félicitée l'ACLU après le jugement de Hawaï contre lequel le gouvernement a la possibilité de faire appel.

Donald Trump estime en effet impératif de fermer temporairement les frontières américaines aux réfugiés du monde entier et de suspendre l'octroi de visas durant 90 jours pour les ressortissants d'Iran, de Libye, de Syrie, de Somalie, du Soudan et du Yémen.

Cette mesure, qui ne concerne plus l'Irak et qui exempte les détenteurs de visas et de "cartes vertes", sésame des résidents permanents, était pourtant atténuée par rapport au premier décret adopté le 27 janvier.

L'État d'Hawaï avait déjà manifesté son intention de contester le nouveau décret de l'administration Trump sur l'immigration. Celui-ci avait brusquement semé le chaos dans les aéroports et suscité des réactions outrées à l'étranger.

Ces derniers jours, le président et ses principaux ministres, Rex Tillerson (Affaires étrangères), Jeff Sessions (Justice) et John Kelly (Sécurité intérieure), ont défendu un texte "vital" pour la sécurité nationale, face à des menaces ne cessant selon eux d'évoluer. Mardi, plusieurs sociétés dont Airbnb et Dropbox ont déposé un mémoire de soutien à l'Etat d'Hawaï, qui compte un grand nombre d'habitants d'origine étrangère et qui a décidé de poursuivre le gouvernement.

Ce magistrat avait été qualifié de "pseudo-juge" par Donald Trump. "Le second décret du président Trump n'est qu'une exclusion des musulmans, sous un autre nom", a abondé Eric Schneiderman, le procureur général de New York, en accusant le texte de "saper l'économie, les institutions et les familles de New York".

Recommande: