Hollande, un sparadrap dont Macron voudrait se défaire — Présidentielle

16 Mars, 2017, 16:59 | Auteur: Timothe Dupuy
  • De la caricature anti Macron aux costumes de Fillon un néo populisme anti-riches empoisonne la campagne

La présidente du Front national, le leader du mouvement En Marche! et le candidat de la droite et du centre restent tous les trois stables, tout comme Benoît Hamon (PS, 13%) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise, 12%). Elle a surtout émis une nouvelle saillie contre Emmanuel Macron: "Macron assume être le candidat de l'UEMPS, ralliant toutes les vieilles gloires du système, de Robert Hue à Alain Minc.".

Par ailleurs, 84% des personnes interrogées jugent la campagne présidentielle de "mauvaise qualité".

Mais la teneur de ce qu'ils disent et de ce qu'ils montrent n'est en rien équivoque sur la proximité des idées, des valeurs et de la vision qu'ils partagent ensemble et avec le candidat d'En marche!

Visiblement soucieuse de passer à l'offensive à quelques jours du premier débat télévisé entre les candidats, elle ne s'est pas contenté de se montrer dure avec François Fillon, elle a distribué les coups envers certains autres de ces adversaires.

D'autant que ce n'est pas tous les jours, loin s'en faut, que les astres sont alignés pour favoriser l'arrivée au pouvoir des humanistes libéraux et progressistes, des défenseurs de la démocratie républicaine et d'une société ouverte, libre et solidaire. Elles donnent une indication de l'état des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Et les deux plus fortes progressions sont celles de Juppé (+8) et de Valls (+7).

Dans le Palmarès politique de l'institut Ipsos (pour Le Point), on trouve en tête Alain Juppé, en troisième position Emmanuel Macron et en sixième position François Bayrou.

Selon les résultats du sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio publié mercredi 15 mars, Marine Le Pen est toujours donnée favorite du premier tour de l'élection présidentielle, créditée de 26,5% d'intentions de vote, devant Emmanuel Macron (25,5%), en enfin François Fillon, crédité de seulement 18,5%.

Recommande: