La masturbation masculine pénalisée au Texas ?

16 Mars, 2017, 12:23 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Une manifestation de soutien à l'avortement le 2 mars 2017 devant la Cour Suprême

Un projet de loi qui pénaliserait la masturbation masculine a été déposé vendredi dernier à la Chambre des représentants du Texas par la démocrate Jessica Farrar, une farouche protectrice du droit à l'avortement. Mais elle souhaite que son dépôt contribue à stimuler une discussion plus profonde concernant la santé des femmes alors que plusieurs républicains du Texas ont proposé, dans les derniers mois, des projets de loi pour limiter le droit à l'avortement.

Autre mesure proposée par la loi de Jessica Farrar: la vasectomie obligatoire pour toute délivrance de Viagra ou avant une vasectomie.

Son texte de loi prévoit également que les médecins puissent "invoquer leurs croyances personnelles, morales ou religieuses pour refuser de prescrire du Viagra".

Au Texas, une femme qui souhaite avorter doit subir une échographie trans-vaginale et écouter le cœur de l'embryon.

Cette proposition de loi n'est donc pas une blague. La proposition de loi parodique, qui existe vraiment, a pour but de "faire réfléchir" le public, explique Jessica Farrar au Texas Tribune. "Beaucoup de gens trouvent cette loi amusante". Mais pour la démocrate, c'est avant tout l'ingérence permanente des politiques dans la vie intime des femmes qui est insupportable, d'autant plus dans un État qui a pris ces dernières années de nombreuses mesures pour restreindre l'accès à l'IVG.

Pour Jessica Farrar, son initiative est loin d'être une plaisanterie. "Ce qui n'est pas drôle, ce sont les obstacles auxquels sont confrontées chaque jour les femmes au Texas, des obstacles [.] qui leur rendent l'accès aux soins très difficile".

En termes de santé, la politicienne de Houston estime que les hommes devraient subir les mêmes procédures jugées inutiles et invasives auxquelles les Texanes doivent se soumettre depuis l'adoption récente de certaines lois concernant l'avortement dans son État.

"Une éjaculation en dehors d'un centre médical ou d'un vagin (...) sera considérée comme un acte venant à l'encontre d'un enfant non-né, une entrave à la préservation du miracle de la vie", dénonce sa proposition de loi, moquant et détournant les arguments des militants anti-avortement.
Le Texas vient notamment de faire passer une loi qui oblige les femmes ayant avorté à organiser des funérailles pour leur foetus.

Recommande: