Pays-Bas : l'extrême droite aux portes du pouvoir

16 Mars, 2017, 07:41 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Geert Wilders

Leur premier acte: désigner un "informateur" dont la mission est de sonder les partis et leurs leaders dans le but de former une future coalition. Aussitôt, le Premier ministre Mark Rutte s'est dit " en colère " et a qualifié de " falsification nauséabonde de l'Histoire " les propos d'Erdogan sur le massacre de 8.000 musulmans de Srebrenica par les forces serbes de Bosnie en 1995.

Rutte n'est "pas encore débarrasssé de moi", a rapidement réagi Geert Wilders.

Geert Wilders a déclaré pour sa part: "Nous avons eu une énorme influence sur la politique".

Malgré ses rodomontades, l'échec est amer pour le populiste Gert Wilders, qui avait espéré frapper un grand coup, en faisant de son parti, le PVV (Partij voor de Vrijheid, Parti de la Liberté) le plus grand parti néerlandais.

"Même si Geert Wilders a très peu de chances de devenir premier ministre, le poids politique de son parti, qui obtiendra de toute évidence un bon score, va changer les choses aux Pays-Bas, en influençant le débat public et l'agenda des partis tout en modifiant la perception du pays en Europe, et ce bien au-delà de ses frontières", affirme Isabelle Maras. Le Parti populiste de Geert Wilders n'engrangerait, lui, que 13% des voix, soit 21 à 23 sièges.

Les élections aux Pays-Bas sont d'autant plus observées de près qu'elles seront suivies par deux autres scrutins, en France et en Allemagne, également marqués par la montée de courants eurosceptiques ou anti-immigrés, encouragés par le Brexit.

Ce mercredi 15 mars, les Néerlandais se rendent aux urnes pour choisir leur prochain premier ministre. Fort de 41 sièges au Parlement aujourd'hui, elle est créditée de 25 à 26 sièges seulement, sur un total de 150.

Le parti d'extrême-droite, PVV, de Geert Wilders remporte 19 sièges, tout comme les chrétiens-démocrates du CDA et les démocrates du D66.

Dans un paysage fragmenté avec 28 partis candidats, la formation du gouvernement pourrait prendre des mois - le record est de 208 jours - et nécessiter un accord à quatre ou cinq partis.

Le leader d'extrême droite a déjà fait savoir que le Suriname devra couper les liens avec les pays islamiques et sortir de l'Organisation de coopération islamique (OCI), s'il veut recevoir l'aide des Pays-Bas. 31% des partisans du Parti socialiste néerlandais partagent cette position. Le vent a commencé à tourner l'an dernier. La chancelière allemande Angela Merkel a quant à elle personnellement félicité Mark Rutte par téléphone dans la soirée, soulignant qu'elle se "réjouit de poursuivre une bonne collaboration entre 'amis, voisins et européens'", selon un message relayé par son porte-parole sur Twitter. Cette année, leurs bulletins de vote seront comptés à la main, au lieu d'un système automatisé par crainte de piratage qui pourrait modifier les résultats.

Recommande: