Présidentielle : Hollande, un sparadrap dont Macron voudrait se défaire

16 Mars, 2017, 14:19 | Auteur: Remi Laffitte
  • Présidentielle : Hollande, un sparadrap dont Macron voudrait se défaire

Au second tour, Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen avec 62% contre 38% et François Fillon la battrait avec 58% contre 42%.

Elle a qualifié l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande de représentant de "l'UEMPS", en jouant sur le néologisme qui associe en un seul ensemble la droite (UMP) et la gauche (PS) et en ajoutant la lettre E pour souligner le caractère pro-européen du candidat d'"En Marche!". Les deux candidats sont distancés par Marine Le Pen, en tête avec 27%.

"Pas de raisonnement, pas d'analyse, pas de coeur et pas d'âme", a insisté la candidate frontiste, dont le meeting était retransmis sur BFM TV.

Ils précisent dans un communiqué qu'ils rencontreront Emmanuel Macron mardi soir au QG d'En marche!

Le sénateur communiste du Val d'Oise, Robert Hue, a dirigé le Parti communiste de 1994 à 2001 et s'est rallié à Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2017. François Fillon par contre recule de 0,5 point.

En réunion publique à Saint-Raphaël, la candidate FN à la présidentielle a "accordé quelque chose" à son adversaire des "Républicains": "il a transformé sa famille en un champ de ruines, en un lieu où les coup bas succèdent aux calomnies, une grande cour de récréation où l'on ne cesse de jouer aux petits ponts massacreurs". Elle s'est ainsi moquée de Benoît Hamon qui "n'a pas encore encore commencé sa campagne".

Selon celui-ci, relayé par l'agence Reuters, Marine Le Pen resterait en tête des intentions de vote au premier tour, avec 26,5%, devant Emmanuel Macron (25,5%) et François Fillon (18,5%).

Recommande: