Le baclofène: peut-être un remède contre l'alcoolisme

17 Mars, 2017, 17:36 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Alcoolisme: le baclofène efficace pour un malade sur deux

Ces modifications interviennent alors que les derniers résultats des études Alpadir et Bacloville, sont dévoilées à l'occasion des journées annuelles de la Société française d'alcoologie. Les résultats des études Alpadir et Bacloville ont dévoilé que le baclofène permettrait de réduire la consommation d'alcool chez ces derniers. Réalisée sans sélection ni sevrage préalables, l'étude a inclus un total de 320 patients âgés de 18 à 65 ans, suivis par des médecins généralistes. Les conclusions révèlent que l'efficacité du baclofène n'était pas supérieure à celle du placebo. Il ne leur a pas été demandé d'arrêter de boire. "Soit une réduction de la consommation chez plus d'un malade sur deux", se réjouit le professeur Jaury.

Les résultats présentés par le Pr Jaury confirment le succès du traitement - abstinence ou réduction de la consommation jusqu'à un niveau médicalement correct (chez 56,8% des patients traités contre 36,5% chez ceux recevant un placebo).

Des analyses ont aussi porté sur la tolérance et l'innocuité du traitement. Lui, prescrit du baclofène depuis 2006 à ses patients souffrant d'alcoolisme et regrette que l'efficacité du médicament n'ait pas été révélée plus tôt.

On retrouve néanmoins des effets indésirables plus fréquents avec le baclofène (44 %) (insomnie, somnolence et dépression), comparé au placebo (31 %).

L'étude Alpadir a été menée auprès de 320 patients répartis par tirage au sort en deux groupes (158 sous baclofène à la dose de 180 mg/jour et 162 sous placebo) pendant 7 mois.

Là où le baclofène fonctionnait bien mieux que le placebo pour réduire la consommation d'alcool, les sujets arrivent à peu près à égalité pour l'abstinence, l'objectif principal de l'étude. En effet, les médecins continuaient à prescrire majoritairement le baclofène pour traiter l'alcoolo-dépendance en dehors de ce système, car ils le jugeaient compliqué et chronophage. La baisse de consommation observée était plus importante dans le groupe traité par baclofène et encore plus marquée chez les buveurs à haut risque (plus de 4 verres/jour pour les femmes, plus de 6 pour les hommes). Et de ce fait alors, qu'on estime à 100 000 le nombre de patients qui pourraient en bénéficier, seule une faible minorité y avait accès.

Paris, le vendredi 17 mars 2017 - En mars 2014, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a élaboré, pour une durée de 3 ans, une recommandation temporaire d'utilisation (RTU) du baclofène dans la prise en charge des patients alcoolo-dépendants. Petite précision d'importance: "Toutefois, une très grande prudence est demandée en cas de prescription de baclofène chez les patients présentant des troubles psychiatriques, en raison du risque d'aggravation d'une pathologie psychiatrique sous-jacente et, ou, du potentiel risque suicidaire".

Recommande: