Donald Trump refuse de serrer la main d'Angela Merkel

18 Mars, 2017, 01:30 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Donald Trump à New York le 23 mai 2005

Le président américain a toutefois ajouté que " pour la majeure partie, je ne vais pas en discuter car (...) nous allons soumettre des choses à la commission très prochainement qui n'ont pas encore été présentées jusqu'à présent ".

La dirigeante allemande a pour sa part assuré que "l'Allemagne devait augmenter ses dépenses" dans l'Otan.

"L'an dernier, nous avons augmenté nos dépenses de défense de 8% et nous allons travailler à nouveau là-dessus", a ajouté la chancelière.

"Je crois que la mondialisation doit être façonnée avec un esprit ouvert", a-t-elle lancé, au moment où la nouvelle administration américaine articule son action autour d'un seul slogan: "L'Amérique d'abord". C'est "quelque chose dont je suis profondément convaincue", a dit Angela Merkel, selon sa traductrice.

"Nous ne recherchons pas la victoire, tout ce que je veux c'est de l'équité". Sans succès. Trump ne lui accorde pas un regard.

Sur la base des discussions qu'il a eues sur ce dossier, M. Nunes a rapporté qu'il ne pensait " pas qu'il y ait eu une réelle mise sur écoute de la Trump Tower " à New York, où résidait Donald Trump avant son élection.

Même si ce projet de budget a très peu de chances d'être adopté tel quel par le Congrès, le président américain, élu sur un programme nationaliste et isolationniste, entend faire baisser d'au moins 28% les ressources du département d'État, le puissant ministère qui pilote la diplomatie de la première puissance mondiale.

"Les besoins en termes de développement sont des défis mondiaux auxquels les contributions des Etats-Unis, seules, ne peuvent pas répondre, mais qui doivent passer par des partenariats et des contributions plus importants avec nos alliés", a insisté M. Tillerson.

Donald Trump a également souligné la nécessité d'arriver à une solution "pacifique" dans le conflit en Ukraine. Les Etats-Unis avaient renouvelé jeudi leur condamnation de l'occupation de la Crimée par la Russie et demandé à ce que cette annexion prenne fin immédiatement. M. Trump a accusé sans preuve son prédécesseur Barack Obama de l'avoir mis sur écoute, tandis qu'à l'automne 2013 l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden avait révélé que le téléphone portable de Mme Merkel avait été mis sur écoute par l'agence de renseignement américaine. Et, interrogé lors de sa conférence de presse commune avec Angela Merkel sur les accusations cette fois contre les services secrets britanniques, Donald Trump a déclaré: "Nous n'avons rien dit".

Recommande: