"Je ne suis pas isolationniste" — Trump à Merkel

18 Mars, 2017, 20:56 | Auteur: Edgar Lajoie
  • États-Unis / UE : la « taxe aux frontières » au menu du sommet Trump – Merkel

Si Donald Trump et Angela Merkel n'ont pas surmonté toutes leurs divergences, ils ont fait assez bonne figure pour donner au monde l'image d'un partenariat solide. Angela Merkel, tentant de se montrer plus conciliante, a reconnu que M.Trump se doit de défendre les intérêts des États-Unis. Lutte contre le terrorisme, OTAN et liens commerciaux ont été au cœur des discussions. Sur ce point, Donald Trump a tenu à souligner qu'il ne croyait pas au protectionnisme.

Cette dernière a gardé sa contenance malgré la maladresse diplomatique de son hôte.

A la tête de la première économie européenne, Angela Merkel, habillée en bleu canard, a pour sa part déclaré que l'Allemagne augmenterait encore ses dépenses pour l'OTAN. Pour amadouer son hôte, la chancelière est venue accompagnée de chefs d'entreprise qui ont permis de créer de nombreux emplois aux Etats-Unis.

Nous ne recherchons pas la victoire, tout ce que je veux c'est de l'équité.

Le président américain a adopté un ton plutôt offensif.

"Bien sûr qu'ils ne le feraient pas", a-t-il martelé au sujet des Britanniques. "L'immigration est un privilège et pas un droit". "C'est toujours mieux de discuter ensemble que de parler les uns des autres".

Aux critiques sur sa politique migratoire, "Merkel a répondu par ce qu'elle nomme une mondialisation ouverte d'esprit". En tant que candidat à la présidence, il avait souvent reproché à la chancelière de " ruiner " l'Allemagne en accueillant des réfugiés et des ressortissants syriens. Angela Merkel compte faire du climat un des thèmes centraux du sommet. Climatosceptique assumé, Donald Trump vient de proposer d'amputer l'agence pour la protection de l'environnement (EPA) du tiers de son budget.

Premier face-à-face entre deux dirigeants que tout oppose.

Mais, et c'est là que les choses se gâtent, ils ont vécu un moment qui n'est pas passé inaperçu. La salle a ri. La plaisanterie de Donald Trump a fait rire les journalistes, mais la chancelière allemande est restée de marbre.

Recommande: