Marine Le Pen et Emmanuel Macron au coude-à-coude, Fillon éliminé — Sondage

18 Mars, 2017, 20:53 | Auteur: Ludovic Moineau
  • Une semaine de Macron sur Twitter

Marge d'erreur de 0,3 à 1,1 point.

La certitude du choix de ses électeurs demeure la plus élevée (71%, +1).

Emmanuel Macron se rapproche à un demi-point de Marine Le Pen (Front national) et creuse l'écart sur François Fillon (Les Républicains) dans les intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle mesurées chaque jour par Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio.

Il est également le seul candidat qui a le pourcentage en-dessous des 50% dans la catégorie de ceux qui indiquent qu'il y a de faibles chances qu'ils votent pour lui (45%).

Emmanuel Macron est désormais à 0,5 point de Marine Le Pen au premier tour tout en ayant distancé François Fillon de 8 points et possède une avance de 22 points sur la candidate d'extrême-droite au second tour.

Le candidat socialiste, Benoît Hamon, recueille 13,5% des intentions de vote (stable) et son rival Jean-Luc Mélenchon 10,5% (stable).

A gauche justement, la situation des deux candidats ne s'améliore pas. Ce niveau est stable par rapport aux dernières enquêtes d'opinion publiées.

Le débat télévisé de lundi pourrait jouer un rôle déterminant: d'une part s'il parvient à réactiver l'intérêt des électeurs en mettant les affaires de côté pour aborder les sujets de fond; d'autre part si, conséquence possible d'une campagne qui s'intéresse enfin aux propositions des candidats, on assiste à une réactivation du clivage gauche-droite qui pourrait profiter à François Fillon notamment et nuire à Emmanuel Macron dont les soutiens sont les plus hésitants. sauf si l'argument du vote utile au premier tour l'emporte à gauche.

Macron est également en tête dans le souhait de victoire (26%) devant Marine Le Pen (20%) et François Fillon (15%). Avec sa conférence de presse du 1er mars au cours de laquelle il a annoncé sa convocation par les juges en vue d'une probable mise en examen, François Fillon semble avoir en quelque sorte "désamorcé" la bombe.

Il ne reste plus que 38 jours à l'ancien Premier ministre pour rattraper ce différentiel de 7,5 points avec Emmanuel Macron.

Recommande: