Berne s'oppose à l'interdiction de la visite du ministre turc

19 Mars, 2017, 17:05 | Auteur: Remi Laffitte
  • La réunion qui devait avoir lieu dimanche à Zurich a été annulée. Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu, devait rencontrer des consuls généraux turcs en poste en Suisse et en Autriche

Les autorités fédérales suisses ont rejeté jeudi une demande du canton de Zurich d'interdire une visite dimanche du ministre turc des Affaires étrangères, Berne soulignant qu'il n'y a "pas de menace sécuritaire pouvant justifier des restrictions de la liberté d'expression".

Mais les autorités du canton de Zurich ont fait savoir mercredi après-midi par le biais d'un communiqué qu'elles ne souhaitaient pas accueillir le diplomate turc en raison des mesures de sécurité qu'engendrerait sa venue. Les Turcs devront en effet se prononcer le 16 avril lors d'un référendum sur le renforcement des pouvoirs accordés au chef de l'Etat turc.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a atterri samedi soir à Metz, dans l'est de la France, où il doit participer dimanche à un meeting d'une association turque, a-t-on appris auprès de son porte-parole. Il avait demandé l'annulation du meeting et interpellé le Conseil fédéral dans ce sens.

Une visite du chef de la diplomatie turque est prévue dimanche à Zurich.

Suite à quoi, "le DFAE (ministère suisse des Affaires étrangères) et le DFJP (ministère suisse de la Police et Justice) ont convenu de demander aux différents services de la Confédération responsable de questions de sécurité de faire une analyse de la situation du point de vue sécuritaire", a-t-il indiqué.

Les autorités turques doivent passer par l'entraide judiciaire, "ce qu'elles ont d'ailleurs fait dans plusieurs cas".

"Nous avons annulé la manifestation ce matin", a déclaré à l'ats Alexej Lintchuc, gestionnaire d'événements pour l'hôtel Hilton de Zurich-Opfikon, non loin de l'aéroport de Kloten.

Interrogé par la Télévision-Radio alémanique SRF, le président de la commission de politique extérieure, Roland Rino Büchel, a estimé que cette visite "ne jouait pas" car d'une rencontre avec des ambassadeurs et consuls généraux turcs cette venue se transforme en manifestation publique, selon une description sur Facebook, "pour faire de la propagande". L'organisateur n'est pas en mesure de garantir la sécurité des clients de l'hôtel, des participants à la rencontre et du personnel de l'hôtel, selon lui.

Le chef de la diplomatie turque devait rencontrer les consuls généraux turcs en poste en Suisse et en Autriche, puis s'entretenir avec des membres de la communauté turque de Suisse. "La police cantonale fera tout son possible au nom du Conseil fédéral et en collaboration avec les autorités locales pour assurer la sécurité et maintenir la loi et l'ordre", indique-t-il dans un communiqué lacunaire.

Recommande: