Donald Trump a-t-il snobé Angela Merkel ?

19 Mars, 2017, 21:40 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Aucune preuve de la mise sur écoute de Trump

Donald Trump et Angela Merkel se sont rencontrés pour la première fois vendredi à la Maison blanche.

"Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange mais aussi du commerce équitable, et notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses" en termes de dette et de déficits, a déclaré le dirigeant américain lors d'une conférence de presse commune avec Angela Merkel à la Maison Blanche.

Les deux leaders Républicains et Démocrates de ce comité ont déclaré qu'aucun élément n'indiquait que la Trump Tower ait bien été 'le sujet de surveillance' par le gouvernement américain avant ou après l'élection de 2016, contredisant directement les allégations du président Donald Trump. Donald Trump se rendra en juillet à la réunion du G20 à Hambourg.

Le président américain a pourtant menacé d'imposer des taxes aux constructeurs automobiles allemands et l'un de ses conseillers, Peter Navarro, a accusé Berlin de profiter d'avantages commerciaux indus grâce à un euro faible. S'il a assuré son "fort soutien à l'Otan", il a ajouté immédiatement "le besoin pour nos alliés de l'Otan de payer leur juste part pour la défense" de l'alliance. Angela Merkel se penche alors vers lui et semble lui demander quelque chose. Le président américain a dit apprécier les efforts de la chancelière "pour résoudre le conflit en Ukraine, où idéalement nous cherchons une solution pacifique".

Sur le thème de l'immigration en revanche, M. Trump - qui a vivement critiqué pendant sa campagne la politique d'accueil des réfugiés par l'Allemagne -, a enfoncé le clou en estimant que l'immigration est "un privilège, pas un droit". "Dans son projet de budget dévoilé jeudi, Donald Trump a laissé peu de place au doute (...): il entend faire des coupes claires dans la quasi-totalité des fonds consacrés à la lutte contre le changement climatique" [Le Point]. En 2013, l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden avait révélé que le téléphone portable de Mme Merkel avait été mis sur écoute par l'agence de renseignement américaine.

La chancelière a quant à elle répété que le " succès des Allemands " va de pair avec l'unité de l'Europe.

Les tensions se sont aussi confirmées sur le plan commercial. Alors que les deux chefs d'Etat étaient assis dans le bureau ovale, le Président des Etats-Unis a refusé de serrer la main de la chancelière allemande puis s'est ravisé et a changé d'avis. Les entrepreneurs allemands ont notamment rappelé qu'ils avaient investi 200 milliards de dollars outre-Atlantique et créé 700.000 emplois dans le pays.

Recommande: