Donald Trump refuse de serrer la main à Angela Merkel

19 Mars, 2017, 14:18 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Le président Donald Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche à Washington le 13 mars 2017. Stephen Crowley  The New York Times

A la Maison-Blanche, ce vendredi, les journalistes attendaient ce moment symbolique entre Angela Merkel, chancelière allemande et Donald Trump, Président américain. ". Le président américain lui met alors ein großer Wind, sans doute car il ne l'entend pas". Mais aussitôt insisté sur l'impérieuse nécessité pour les alliés européens "de payer leur juste part pour la défense". La Maison blanche a déclaré que Donald Trump comptait demander conseil à Angela Merkel sur la manière de traiter avec Vladimir Poutine, qu'il n'a pas encore rencontré. Les entrepreneurs allemands ont notamment rappelé qu'ils avaient investi 200 milliards de dollars outre-Atlantique et créé 700.000 emplois dans le pays. Angela Merkel esquisse un petit mouvement, vite réprimé.

Donald Trump a toutefois estimé que " l'immigration est un privilège, pas un droit ". "Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange mais aussi d'un échange équitable (.) car notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses", a affirmé M.Trump, comme une réponse à Mme Merkel qui met inlassablement en garde contre la tentation du protectionnisme. "L'Allemagne s'en est très bien sortie dans ses accords commerciaux avec les Etats-Unis et c'est tout à son honneur". Elle a également souligné que le "succès des Allemands" sur le plan de l'économie mais aussi sur les questions de sécurité et de paix allait de pair avec "l'intégration européenne".

Outre le commerce, les deux pays s'opposent sur la question des réfugiés et la question a été abordée vendredi, ont dit les deux dirigeants, sans entrer dans les détails. Donald Trump a qualifié d'"erreur catastrophique" la décision allemande d'ouvrir la porte aux réfugiés en 2015. La chancelière allemande, pas vraiment. "Vous voulez que l'on se serre la main?". Pour amadouer son hôte, la chancelière est venue accompagnée de chefs d'entreprise qui ont permis de créer de nombreux emplois aux Etats-Unis.

Si, par exemple, le président américain a violemment critiqué l'Union Européenne, félicitant même la Grande Bretagne pour le Brexit, Angela Merkel, elle ne voit pas la chose du même oeil.

Énorme malaise à la Maison-Blanche ce vendredi 17 mars.

"D'habitude, la séance photo dans le bureau ovale est l'occasion pour le président d'afficher sa complicité avec le dirigeant qu'il reçoit, et là, avec Angela Merkel, c'est tout le contraire qui s'est passé", explique Valérie Astruc, envoyée spéciale de France 2 à Washington (Etats-Unis). /Merkel à Trump: Est-ce que tu veux me serrer la main?

Recommande: