Le terminal Ouest rouvert — Attaque d'Orly

19 Mars, 2017, 14:28 | Auteur: Edgar Lajoie
  • L'aéroport de Paris-Orly évacué, des coups de feu entendus

Près d'un mois après l'attaque du Louvre et deux jours seulement après la fusillade de Grasse, des coups de feu ont retenti à nouveau, cette fois, dans la région parisienne. Le Procureur de la République de Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse à 19H30.

Que s'est-il passé samedi à Orly? Une opération de déminage était en cours pour déterminer si l'homme était porteur ou non d'explosif, a précisé à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. Une heure et demie plus tard, l'homme dérobait l'arme d'un militaire de Sentinelle... Armé d'un revolver à grenailles, qu'il lui place sur la tempe, il tente de s'emparer du Famas de la soldate. La scène a duré moins de trois minutes. L'assaillant avait sur lui un briquet et un paquet de cigarettes, ainsi que 750 euros et un coran. Il n'y a pas de blessé, a-t-on précisé de même source.

Le trafic aérien avait été fortement perturbé samedi dans le ciel parisien après l'attaque d'une patrouille de l'opération Sentinelle à Orly, qui a conduit les autorités à fermer les deux terminaux, à interrompre tout décollage ou atterrissage et à dérouter de nombreux avions vers des aéroports voisins. La clientèle française compte pour environ 10% du trafic d'Orly-Sud et 60% de celui d'Orly-Ouest.

Le parquet antiterroriste a annoncé s'être saisi de l'enquête.

Que s'est-il passé avant son arrivée à Orly? Il a ensuite été "repéré" à Vitry-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) pour un "car jacking", avant de se rendre à Orly, a détaillé le ministre de l'Intérieur Bruno le Roux. Seul dans la voiture, il se dirige alors vers Orly dans ce que le procureur Molins a qualifié de "fuite en avant".

Que sait-on de l'assaillant?

Il faisait l'objet d'une interdiction de quitter le territoire.

Son casier judiciaire comporterait "neuf mentions " pour des faits de droit commun, dont des vols à main armée et du trafic de stupéfiants. Mais la perquisition n'avait rien donné. Il évoluait dans la sphère de personnes connues des services de renseignement, ce qui a conduit à une vigilance sur son parcours. Le retour à la normale doit intervenir demain dimanche 19 mars. Une partie de l'aéroport a été évacuée, selon AFP. Un troisième homme, un cousin, qui s'est présenté spontanément car il lui avait parlé dans la nuit, est également en garde à vue.

Recommande: