Les cérémonies de recueillement ont débuté à Toulouse, cinq ans après Merah

19 Mars, 2017, 18:38 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Le 15 mars 2012 à quelques mètres de l'entrée du 17e RGP deux militaires sont tués par Mohamed Merah et un grièvement bless

Cinq ans après les attentats de Mohamed Merah, des hommages solennels sont rendus dimanche à Toulouse aux victimes, les sept vies fauchées et les blessés, du "tueur au scooter".

Pour rappel, le 11 mars 2012, à Toulouse, Mohamed Merah avait tué le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans, avant d'assassiner le 15 mars, à Montauban, le caporal Abel Chennouf, 25 ans, et le 1ère classe Mohamed Legouad, 23 ans. "L'abjection de cet acte restera gravée dans la mémoire des Toulousains", avait déclaré le maire de la Ville rose, Jean-Luc Moudenc (LR), à l'AFP.

Le 19 mars, Mohamed Merah avait assassiné un professeur et trois enfants à l'école juive Ozar Hatorah, rebaptisée Ohr Torah, à Toulouse.

" Il y a des morts qui ont de droits sur les vivants".

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Midi-Pyrénées, Franck Touboul, a réclamé "l'anonymat des terroristes qui privent de noms ceux qui ont été privés de vie".

Tour à tour le père de Myriam, Yaacov Monsonégo, par ailleurs directeur de l'école, et le père de Jonathan Sandler ont pris la parole. "Comme vous, la République n'oublie pas", a indiqué lors d'un discours le ministre de l'Intérieur.

"Il n'y aura jamais de refuge sur le sol national pour les terroristes qui s'en prennent à nos enfants, à nos proches, à nos amis, à nos policiers et à nos soldats", a dit le ministre.

" Comme bien souvent dans l'Histoire, les premières cibles furent des juifs et des soldats". Jusqu'au dernier, nous les traquerons. Des militaires français, tombant sous les balles parce qu'ils portaient l'uniforme. "Jusqu'au dernier, nous les jugerons", a insisté Bruno Le Roux.

A cette occasion, une sculpture monumentale a été dévoilée dans la cour d'Ohr Torah. "Je n'ai eu de cesse dans ma carrière de réaliser des oeuvres tendant à démontrer que vivre ensemble n'est pas une utopie", a expliqué l'artiste. Des gerbes ont été déposées dans le silence, les noms des sept victimes de Mohamed Merah ont aussi été lus.

Recommande: