Philippe Vardon qualifié d' "héritier de Goebbels"

19 Mars, 2017, 21:25 | Auteur: Gregory Millet
  • Politique

Marion Maréchal-Le Pen et Christian Estrosi en 2015

Le député LR s'en est pris nommément à Philippe Vardon, ancien dirigeant des identitaires niçois de Nissa Rebela, qui a poli son discours depuis son entrée au FN et son ascension aux côtés de sa chef de file régionale, Marion Maréchal-Le Pen. Cette passe d'armes entre FN et LR, seules forces politiques à la région après le retrait du PS entre les deux tours des régionales, intervient alors que le FN dans la région est secoué par la diffusion d'un reportage sur C8 mercredi. Il n'a pas été sanctionné par le parti d'extrême droite. Ce dernier, également conseiller régional FN, était connu comme responsable du Bloc Identitaire (groupe militant rebaptisé Les Identitaires) jusqu'en 2013, avant de rallier le Rassemblent Bleu Marine (RBM), puis le parti de Marine Le Pen. Face aux protestations continues de Marion Maréchal-Le Pen, réclamant le micro debout dans l'hémicycle et promettant de "pourrir la séance", l'interruption tombera à 11 h 40. Les chants xénophobes de M. Vardon, (.) vous vous en accommodez! "Monsieur Vardon, c'est un héritier de Goebbels, qui disait 'plus c'est gros plus ça passe', Monsieur Vardon a tout appris de lui et vous avec lui", a-t-il poursuivi. Les distributions de soupes au porc de M. Vardon, vous vous en accommodez, a lancé Christian Estrosi.

Avant l'intervention de Christian Estrosi, rapporte l'AFP, le FN avait appelé ce dernier à "faire le ménage" chez les Républicains en refusant d'investir aux législatives le député-maire de Six-Fours-les-Plages (Var), condamné en septembre 2014 à 2 000 euros d'amende pour un tweet assimilant des "casseurs" à des "descendants d'esclaves". Mais ce vendredi 17 mars, le ton est monté d'un cran supplémentaire entre Christian Estrosi et ses adversaires du Front national. "J'ai donc immédiatement demandé à mon avocat de déposer plainte", a indiqué sur Facebook Philippe Vardon, après avoir été comparé au chef de la propagande du IIIe Reich. "C'est une banalisation de l'Holocauste, c'est une forme de mépris pour les victimes de la Shoah", a-t-il déclaré.

Recommande: