Benoît Hamon mobilise son camp malgré les mauvais sondages — France

20 Mars, 2017, 05:05 | Auteur: Gregory Millet
  • Benoît Hamon lors de la présentation de son programme le 16 mars 2017 à Paris

"Et ce qu'on nous propose aujourd'hui c'est le vote de l'immobilisme (.) le vote du renoncement", a déclaré l'éphémère candidat écologiste à la présidentielle, allié à Benoît Hamon.

Le candidat de la gauche radicale à la présidentielle française Jean-Luc Mélenchon a tenu meeting samedi, devant des dizaines de milliers de personnes, à Paris également.

Benoît Hamon a tenté dimanche de donner un nouveau départ à sa campagne présidentielle en affirmant lors d'un grand meeting à Paris que "tout commence", à 35 jours du premier tour de scrutin, dans le "bruit immense de l'espérance qui vient". Comme une pieuvre, l'argent a mis son emprise sur cette election.

Il s'est montré particulièrement offensif face à ses détracteurs, alors que le matin même, son ancien rival de la primaire, l'ex-premier ministre Manuel Valls, l'a éreinté dans une tribune de presse, évoquant un programme empreint d'un "cynisme ambiant où l'on promet tout et son contraire, où l'on signe des chèques". Il a notamment visé ses adversaires Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen.

"Je veux d'abord le dire solennellement: le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection".

Benoît Hamon, qui a fait de l'improvisation et de l'attention portée aux sujets du quotidien une de ses marques de fabrique en meeting, devrait s'efforcer de prendre de la hauteur dans un discours emprunt de "gravité", selon un membre de l'équipe.

Debout sur une petite estrade semblable à un ring, il a harangué la foule pendant un peu plus d'une heure. "Il faut donc que tout soit désobéi et rediscuté", a-t-il estimé, promettant de soumettre les traités européens à référendum.

Recommande: