Benoît Hamon tiendra son dernier meeting dans le temple du rugby toulousain

20 Mars, 2017, 22:03 | Auteur: Stephane Girardot
  • Au lendemain de

"Ils donnent de la force et de la légitimité à Benoît Hamon dans cette campagne présidentielle", indique le président PS du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Comme Yannick Jadot, l'ex-candidat écologiste rallié, elles avaient auparavant chauffé un Paris-Bercy plein à craquer et singulièrement juvénile avec la mobilisation massive du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) parmi les quelque 20 000 soutiens revendiqués.

Grave par moments, notamment en faisant respecter une minute de silence en hommage aux victimes des attentats, Benoît Hamon a voulu prendre de la hauteur, en multipliant les références historiques, en évoquant la gravité de la situation internationale, ou en livrant " sa vision de la République et de la France ", explique un cadre de l'équipe de campagne.

"Ils ont peut-être le sens des affaires, moi j'ai le sens de l'Etat (.) J'ai plus le goût de l'Histoire de France que de la grammaire des affaires", a dit celui qui dit briguer l'Elysée pour "préparer notre futur et celui de nos enfants". " Nous avons affronté des vents contraires ces dernières semaines, parfois une forte houle ", a-t-il admis avant de railler ceux qui ont " quitté le navire dès le premier zéphyr ", une allusion à l'ex-Premier ministre. Attaquant principalement Emmanuel Macron, il a fustigé "le parti de l'argent".

Dans ce texte, qui prend la forme d'une sorte de plaidoyer, Manuel Valls explique que c'est par "cohérence" et non "trahison", comme certains à gauche le soutiennent, qu'il a décidé de ne pas apporter son parrainage au candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon. Faute d'avoir pu s'entendre sur une candidature unique, les deux prétendants se sont ce week-end notablement épargnés l'un l'autre.

Recommande: