Le pape "implore le pardon de Dieu"

20 Mars, 2017, 18:23 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Paul Kagmé et le Pape François

Une déclaration officialisée suite à la demande du gouvernement rwandais au Vatican, en novembre dernier, de demander pardon pour le rôle de certains représentants de l'Église dans le génocide. En renvoyant toutefois le président rwandais au texte publié il y a 4 mois par les évêques du pays.

"Evoquant le geste de Jean-Paul II durant le grand Jubilée de 2000, il a de nouveau imploré le pardon de Dieu pour les péchés et les manquements de l'Eglise et ses membres, dont des prêtres, et des hommes et des femmes religieux qui ont succombé à la haine et à la violence, trahissant leur propre mission évangélique", ajoute le communiqué.

Selon un communiqué du Vatican, le pape a exprimé "sa profonde tristesse, et celle du Saint-Siège et de l'Eglise, pour le génocide perpétré contre les tutsi" ainsi que "sa solidarité avec les victimes et ceux qui continuent à souffrir des conséquences de ces événements tragiques".

Ce lundi 20 mars, le président rwandais s'est rendu au Vatican pour un tout premier entretien avec le pape François.

Dans des commentaires rapportés par Radio Vatican, le Pape "a exprimé le désir de voir cette humble reconnaissance des faiblesses de cette période qui, malheureusement, a défiguré la face de l'Église, contribuer à une "purification de la mémoire ".

Si elle ne va pas aussi loin qu'il l'avait demandé, cette parole papale est néanmoins une victoire pour le président Kagamé, chaleureusement accueilli hier par le pape: de manière inhabituelle, celui-ci est venu vers lui jusqu'au milieu de l'antichambre qui précède la bibliothèque pontificale où il reçoit ses hôtes de marque. Jugés au Rwanda, les meurtriers avaient finalement bénéficié d'un verdict plutôt clément, deux généraux étant acquittés.

Environ la moitié des Rwandais sont aujourd'hui catholiques, alors que beaucoup se sont tournés depuis la fin du génocide vers les Eglises pentecôtistes dites "de réveil".

Plusieurs fois remise en cause pour sa proximité avec le régime hutu extrémiste, l'Église catholique rwandaise a également été critiquée pour l'implication de prêtres et de religieux dans les massacres contre la minorité tutsi.

Plusieurs massacres ont été effectués dans des églises où les gens avaient cherché refuge.

Recommande: