Présidentielle 2017. Sondage: Macron en tête

20 Mars, 2017, 23:44 | Auteur: Stephane Girardot
  • Présidentielle : le débat de lundi soir diffusé sur Europe 1

Un mois tout juste avant le premier tour de l'élection présidentielle, TF1 et LCI organise ce lundi 20, un débat entre les cinq principaux candidats.

Voici tout ce qu'il faut savoir sur ce moment-clé de l'élection qui se tiendra les dimanche 23 avril et 7 mai prochain. Lilian Renard et François Tonneau ouvrent le débat. La stratégie du candidat soutenu par LR et l'UDI consistera sans doute à remettre en cause le libéralisme d'Emmanuel Macron et d'en faire l'héritier, à gauche, du bilan de François Hollande.

S'il a déjà démontré qu'il maîtrise bien ses dossiers, armé d'une connaissance pointue du terrain, Benoît Hamon a un autre défi à relever: démontrer sa "présidentialité", c'est-à-dire à monter en force sur les sujets régaliens. Libéralisation de l'économie, rapprochement avec la Russie ou encore fin de l'adoption pour les couples homosexuels, le candidat de la droite, à la traîne dans les sondages (19 %), voudra faire oublier ses ennuis judiciaires. Formé à l'école de l'aile gauche du PS, il peut être un excellent débatteur. Avant même le débat, le choix de ne retenir que les cinq candidats les plus importants a fait polémique.

Pendant le débat, chaque candidat aura deux minutes pour répondre et pourra se faire interpeller par un adversaire à partir d'1 minute 30.

Une interrogation identique vaut pour Benoît Hamon, rassuré par son meeting réussi dimanche à Bercy, devant plus de 15000 personnes. Au vu des grandes différences entre chaque candidat, si l'on excepte Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, les crispations devraient être nombreuses et offrir des moments de clivage bien marqués.

Sur sa gauche, François Fillon dispute à Emmanuel Macron l'électorat centriste et pro-Union européenne de François Bayrou, qui s'est finalement rallié à l'ancien ministre de l'économie de Manuel Valls. Pour lui, le candidat malheureux à la primaire de la droite et du centre était surpréparé.

120 sur 149. Sur les 149 élus azuréens ayant validé leur parrainage, 120 ont choisi de soutenir François Fillon. Difficile, toutefois, d'imaginer une situation plus inconfortable pour celui qui, après sa victoire à la primaire de la droite en novembre 2016, occupait solidement la position de favori. Il a été inculpé mi-mars pour "détournement de fonds publics ". C'est ce qu'aurait affirmé en privé le chef de l'Etat, selon un article du Monde. Avec 25,5% d'intentions de vote, Emmanuel Macron se maintient, désormais seul en tête, au même niveau que dans le précédent sondage Elabe pour BFMTV et L'Express.

Recommande: