Un débat télévisé inédit — Présidentielle en France

20 Mars, 2017, 15:16 | Auteur: Remi Laffitte
  • Emmanuel Macron est-il celui qui a le plus à perdre lors du débat du 20 mars ?

A gauche, Benoît Hamon (12,5%, -1) et Jean-Luc Mélenchon (12%, +0,5%) sont désormais au coude à coude.

La présidente du Front national a voulu en minimiser la portée dimanche, y voyant non "pas un tournant", mais "un des éléments de la campagne".

Lundi 20 mars 2017, à 21 heures, sur TF1, un débat inédit opposera François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. En une minute, le leader d'En Marche a dû expliquer la différence entre la droite et la gauche.

"Je ne pense pas que ces débats changent tout", a-t-il dit au JDD, "ils permettent de cristalliser des choses qui sont déjà là". Le candidat d'En Marche! est attendu au tournant en raison de son inexpérience dans ce type d'exercice mais également parce que les sondages actuels le placent face à Marine Le Pen au second tour. D'autant plus que la disposition du plateau n'a pas été laissée au hasard: journalistes et candidats seront placés en cercle, de manière à ce que chacun soit face aux autres. Ils espèrent se démarquer et convaincre les indécis, encore nombreux à un mois du premier tour. Pour aborder au mieux ce premier obstacle sur le chemin de l'Elysée, l'ancien ministre de l'Economie s'est longuement préparé.

Engagé depuis près de 40 ans en politique, le député de Paris, qui a fait campagne sur l'austérité et la probité, a été fragilisé par un scandale sur des emplois fictifs présumés octroyés à sa famille qui a conduit à son inculpation pour "détournement de fonds publics".

Emmanuel Macron, qui la talonne dans les sondages, à beaucoup plus à perdre: son électorat est beaucoup plus friable et il devra prouver lundi soir qu'il n'est pas seulement l'invité surprise de cette présidentielle mais aussi qu'il peut être un chef de l'Etat crédible. "Dans l'entourage d'Aurélie Filippetti - et donc de Benoît Hamon - on nous disait 'attention à ne pas trop taper sur Macron car le 'tout sauf Macron' pourrait lui profiter'", explique-t-il. Au coude à coude avec Emmanuel Macron au sommet des sondages, elle est pour l'instant donnée battue au second tour.

Jeune et charismatique, il attire les foules à ses réunions, engrange les soutiens de personnalités politiques ou économiques de tous bords, caracole en tête des intentions de vote mais doit encore transformer les désirs diffus de renouvellement politique en votes concrets dans les urnes. Il appelle à "l'insurrection citoyenne", contre la mondialisation et pour un référendum sur l'Union européenne. Interrogé par TéléObs la semaine dernière, celui-ci affirmait que la marge de manoeuvre était "assez grande", rappelant sa fierté d'avoir réussi à réintroduire les plans de coupe lors des débats des différentes primaires.

Recommande: