Débat de la présidentielle : Macron vire à droite et à gauche

21 Mars, 2017, 12:50 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Pierre Laurent secrétaire national du PCF et sénateur de Paris

Dans les sondages, c'est Emmanuel Macron qui se retrouve qualifié pour l'instant pour le second tour avec Marine Le Pen, et on le donne vainqueur au second tour contre Marine Le Pen.

Difficile de ne pas relier cette curiosité pour François Fillon avec les affaires qui polluent sa campagne depuis les nombreuses révélations - initiées par le Canard enchaîné - concernant l'emploi présumé fictif de son épouse Penelope et de deux leurs enfants comme assistants parlementaires.

L'intensité des recherches et l'intérêt des internautes ont oscillé pendant le débat. À force de donner des petits coups de volant d'un côté et de l'autre, l'ancien ministre de l'Économie a fini par agacer François Fillon.

Le débat devient plus pugnace entre les divers candidats sur le temps de travail, tournant à ce moment-là à la confusion.

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a sermonné Emmanuel Macron sur l'international, l'ancien ministre pointant en retour leurs divergences. "Vous avez un talent fou, vous arrivez à parler sept minutes, je suis incapable de résumer votre pensée, vous n'avez rien dit, c'est le vide absolu, sidéral", a lancé la présidente du FN. Car à la même période, en 2012, les courbes s'étaient déjà croisées et François Hollande était en tête des sondages.

"Benoît Hamon a dénoncé " une instrumentalisation de l'immigration " et proposé la création d'un " visa humanitaire ". "Qu'est-ce qu'on applique? La décision du bureau politique de Nikita Khrouchtchev ou bien est-ce qu'on accepte ce qu'a décidé Poutine?", a développé Jean-Luc Mélenchon, tandis que le socialiste lançait tout haut: "C'est extrêmement dangereux". Marine Le Pen a quant à elle demandé à ce que les candidats puissent disposer d'un tabouret derrière leur pupitre pour se reposer. Ou va-t-il au contraire faire feu de tout bois contre Emmanuel Macron, bien installé au centre?

À gauche, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, dont les campagnes marquent le pas, comptent sur la joute télévisée pour les relancer, après leurs rassemblements respectifs du weekend. C'est François Fillon qui prend la parole en premier. Tous deux reviennent avec leurs invités sur les moments forts des échanges et décryptes ce qui s'y est dit.

Au sujet de la laïcité, Emmanuel Macron a mis en garde la candidate FN pour qu'elle ne s'en " serve pas de prétexte pour s'en prendre à une religion, en clair contre les musulmans ". Une critique que ce dernier a qualifiée de " diffamation ".

Les téléspectateurs estiment que le fondateur du mouvement 'En Marche' est celui qui a le meilleur projet pour la France (30% contre 20% pour François Fillon) et qu'il est le candidat qui a le plus de qualités nécessaires pour devenir président de la République (31% contre 24% pour François Fillon et 17% pour Marine Le Pen).

L'heure du verdict. Après plus de trois heures d'échanges, c'est Emmanuel Macron (29%) et Jean-Luc Mélenchon (20%) qui ont été jugés les plus convaincants, selon un sondage Elabe réalisé pour BFMTV et publié lundi soir. " Avec cette règle-là [fondée sur les sondages],je n'aurais pas pu participer aux débats des primaires", a fait remarquer François Fillon.

Le débat aura lieu sur l'un des grands plateaux de télévision de La Plaine Saint-Denis, en banlieue parisienne.

Recommande: