Débat de la présidentielle sur TF1 : va-t-il influer sur votre vote ?

21 Mars, 2017, 08:12 | Auteur: Remi Laffitte
  • Macron et Fillon veulent croire que le premier débat télé de la présidentielle n’aura pas d’influence

Emmanuel Macron avait tout à perdre lundi soir. Un programme télé inédit dans lequel Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon et Benoît Hamon se sont succédé devant une classe d'enfants de 8 à 12 ans. Donné systématiquement face à Marine Le Pen au second tour dans les sondages, parfois même donné en tête au premier tour, le leader d'En marche!, qui a créé son mouvement politique il y a moins d'un an, doit encore gérer cette position jusqu'au 23 avril en évitant l'accident de parcours. "Défendre le pragmatisme et pas les grands principes".

Il était la cible de tous. Pour respecter l'équité, la chaîne a pris la décision de recevoir les candidats absents de ce débat lors de ses journaux de 20 heures.

Benoît Hamon a pointé le devoir d'intransigeance vis-à-vis de "l'influence des lobbies et de l'argent". Le tout dans un décor noir et blanc, entre l'amphithéâtre, la boîte de nuit et le vaisseau spatial. -, une fois que les candidats auront décrit le "président qu'ils veulent être" en 90 secondes.

François Fillon, plutôt discret pendant la première partie du débat, s'est montré plus offensif sur les sujets économiques, accusant Marine Le Pen d'être "le vrai serial killer du pouvoir d'achat" en promouvant la sortie de l'euro. "Ce que vous proposez n'est pas sérieux".

François Fillon, qui s'est "réjoui de voir qu'on se félicite de l'interdiction du voile à l'école", a considéré que "la question fondamentale est celle de l'intégration de la religion musulmane". Pour affronter le chômage, Jean-Luc Mélenchon veut appliquer " une politique de la demande dans les domaines du futur: la culture paysanne, l'économie de la mer.". François Fillon prône la fin des 35 heures déplorant "une situation en matière de chômage qui est inacceptable". Sur la question du droit à l'oubli pour l'accès à une assurance des personnes malades, le candidat a même signifié son accord avec Marine Le Pen. Mais cette "alliance" Macron-Fillon explose sur la réforme des retraites ou quand ils se renvoient leurs bilans respectifs au gouvernement. "Le don moyen est de 50 euros", a poursuivi le candidat.

Avec Emmanuel Macron, qui a réussi à s'imposer dans le débat, Mélenchon est l'autre gagnant du débat.

Marine Le Pen feint cependant d'afficher une grande sérénité. "J'ai cru comprendre que vous aimiez le burkini", l'attaque la frontiste. "Tout va très bien, si j'ai besoin de dire quelque chose je le dis clairement c'est mon habitude", l'a coupé le candidat d'En Marche et ancien ministre de l'Economie, agacé. Benoît Hamon s'est rapidement impliqué: " C'est incroyable la société que prépare François Fillon!

"

"Ma campagne est financée dès le premier jour par des dons de personne physiques, aucun lobby ne donne".
".

"Je prends l'engagement de n'être tenu par personne". Les deux ex-ministres monopolisent alors le débat, s'attirant les remontrances des journalistes qui rappellent que c'est une confrontation à cinq et non à deux. "C'est la Roumanie que vous voulez?" lance Jean-Luc Mélenchon à François Fillon, qui estime que la France est le pays d'Europe "où le volume horaire de travail est le plus faible".

Recommande: