Débat présidentiel: Macron défend le financement de sa campagne

21 Mars, 2017, 06:53 | Auteur: Timothe Dupuy
  • LE PEN TOUJOURS DEVANT MACRON AU PREMIER TOUR

Si le premier tour de l'élection présidentielle avait lieu le dimanche 27 mars, Emmanuel Macron remporterait 30% des suffrages et creuserait l'écart avec Marine Le Pen (22%) et François Fillon (20%). Voici ce qu'il faut retenir de ce débat émaillé de quelques passes d'armes. Emmanuel Macron, conscient de n'être pas le plus concis dans ses réponses, s'est exercé pour gommer ce défaut.

"Comment ma campagne est-elle financée?"

Pour Benoît Hamon, comme pour son rival de la gauche de la gauche, le débat "peut changer beaucoup de choses". Accusé par Marine Le Pen de brader l'indépendance de la France à cause de son adhésion ferme à l'Union européenne, Emmanuel Macron a affirmé: " Je défendrai et je défends l'indépendance de la France.

Les cinq principaux candidats à la présidence française ont croisé le fer pour la première fois, lundi, et la candidate de l'extrême droite Marine Le Pen a dû essuyer de nombreuses attaques de la part de ses opposants.

Parmi les moments d'anthologie, on pourra retenir le moment où François Fillon mange un criquet criquet grillé, celui où Benoît Hamon mime un diablotin ou encore quand Emmanuel Macron fait sans sourciller un dab. "Nous n'avons rien à voir avec tout ça, alors s'il vous plaît ne nous mettez pas dans le même sac". Elle a l'intention de ne pas s'abaisser à polémiquer avec les "petits candidats", Fillon, Hamon et les autres. "Mais j'ai l'expérience et la volonté".

Elle aussi a montré qu'elle était totalement rompue à l'exercice du débat politique. "Et je trouve que ce n'est pas très sérieux", a-t-il lancé. " Chiche ! " lui a lancé Marine Le Pen, qui parle d'" un droit d'asile totalement dévoyé " et critique le fait " que l'on "dispatche" les immigrants dans les régions sans même leur demander leur avis ". "L'identité, elle est protégée par la loi ", a répliqué le patron d'En Marche. La règle verte de Jean-Luc Mélenchon.

Puis Marine Le Pen, de son côté, en a profité pour critiquer le pantouflage de hauts fonctionnaires qui vont travailler dans les grandes entreprises et les banques.

Onze candidats en lice mais seulement cinq qualifiés pour un face à face historique. Le fondateur d'En Marche! s'est dit "défavorable à ce que les peines de moins de deux ans ne soient pas exécutées ". Toutefois, si ses premiers mots ont trahi une certaine appréhension, avec une voix quelque peu hésitante, il s'est vite rattrapé. "Je suis libre. Le financement est transparent". Marine Le Pen veut également lancer un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d'art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d'artistes sur tout le territoire, et restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires. Les autres disciplines seront notées dans le cadre du contrôle continu. Surtout, il s'est efforcé de rester au centre. "Jean-Luc Mélenchon s'est alors mêlé à cette joute verbale, devant un François Fillon stoïque". Même si Jean-Luc Mélenchon l'a égratigné sur ce point, les candidats n'ont pas non plus pilonné François Fillon sur les affaires. "Quand vous dites que le débat a été pollué par les affaires de certains d'entre nous - pardon, pas moi!", a-t-il déclaré sur le plateau du débat télévisé, répétant ses propositions sur la transparence: "Quiconque est condamné une seule fois est inéligible à vie", interdiction d'exercer un "métier de conseil et de recevoir de l'argent quand on est parlementaire d'une quelconque industrie quelle qu'en soit la forme" ou encore "d'embaucher les membres de sa famille ".

Recommande: