El Othmani tend la main au PAM et à l'USFP — Négociations

21 Mars, 2017, 10:56 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Abdelilah Benkirane

Le PJD change son fusil d'épaule. En effet, lors du Conseil national du Parti Justice et Développement (PJD) tenu samedi, à Salé, Saâd-Eddine El Othmani a été confronté aux exigences des députés de son parti qui refusent toujours d " envisager une participation du parti de l'Union Socialiste des Forces Populaire (USFP) au gouvernement. "Nous avons décidé d'entamer les premières consultations, en organisant des rencontres avec tous les partis politiques représentés au parlement, en se basant sur les résultats des dernières élections législatives", a déclaré El Othmani à l'issue de la réunion de la direction de son parti.

Dans un communiqué lu devant la presse samedi au soir à l'issue de cette réunion, le PJD s'est "félicité du choix du Souverain de nommer une personnalité issue du PJD", affirmant son soutien au nouveau chef du gouvernement désigné et appelant à accélérer la mise en place d'une majorité gouvernementale, pour un "gouvernement fort, homogène et efficace". D'après l'édition du 20 mars du quotidien Akhbar Al Yaoum, le roi Mohammed VI a accordé un délai de 15 jours au nouveau-chef du gouvernement qu'il a désigné pour constituer son Exécutif.

C'est le message que Saad Eddine El Otmani souhaite transmettre au RNI et aux partis de l'opposition.

"Le parti, en tant qu'institution, est le seul habilité à entreprendre cette décision". En termes concrets, il s'agit d'une modification importante de la méthode des négociations, El Othmani se réunira, tour à tour, et vous commencerez par ceux qui ont gagné le plus de sièges, chacun des partis politiques représentés au Parlement.

Recommande: