Le programme du grand débat télévisé sur TF1 ce 20 mars — Présidentielle

21 Mars, 2017, 09:19 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Macron et Fillon veulent croire que le premier débat télé de la présidentielle n’aura pas d’influence

'Je propose 16'000 places de prison', a réagi le candidat de la droite, qui prône le 'redressement' de la France avec un programme d'austérité qu'il qualifie lui-même de 'radical'. L'échange s'est particulièrement animé sur les questions de la laïcité, de la relance économique et de l'immigration. Donné systématiquement face à Marine Le Pen au second tour dans les sondages, parfois même donné en tête au premier tour, le leader d'En marche!, qui a créé son mouvement politique il y a moins d'un an, doit encore gérer cette position jusqu'au 23 avril en évitant l'accident de parcours. Ce à quoi Emmanuel Macron a aussitôt répliqué: "Je ne vous fais pas parler, je n'ai pas besoin d'un ventriloque". "Je partage totalement. François Fillon a totalement raison", a approuvé Emmanuel Macron. L'ancien ministre de l'Economie "a travaillé tranquillement" dans l'après-midi, raconte son entourage, qui ne le voit pas lancer les hostilités: "Le but est d'expliquer et de convaincre, de pas d'en découdre inutilement". Principal défenseur de l'équilibre des comptes publics, ce dernier a critiqué des " solutions [qui] ne seront pas mises en oeuvre, des promesses qui ne tiendront pas ou conduiront à la faillite, dont je parle depuis un moment, mais qui finira par se produire ".

Avantage Hamon et Fillon pour ce débat. Ca n'a aucun sens. À la peine dans les sondages, le vainqueur de la primaire PS à ainsi curieusement épargné Jean-Luc Mélenchon (qui, lui, ne lui fait pas de cadeaux) et veillé à donner des gages à la gauche, multipliant les références historiques. "Je ne suis pas comme vous dans la vie politique depuis trente ans", a-t-il lancé à François Fillon. "On a fait tester par des instituts les propositions de Benoît Hamon et à chaque fois elles sont très bien accueillies".

Jean-Luc Mélenchon a mis les rieurs et les révolutionnaires de son côté. Fidèle aux principes du parti, Marine Le Pen a lancé vouloir le "patriotisme économique". Pour Mickaël, Emmanuel Macron a été "pragmatique et très bon". " La manière dont cette crise a été conduite pose aujourd'hui un énorme problème à l'Europe", dit-il. Debout derrière leurs pupitres, les candidats formeront un cercle avec les deux présentateurs, Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray. Mais c'est Jean-Luc Mélenchon qui met les pieds dans le plat: "Il y a deux personnes qui sont concernées par les affaires, M. Fillon et Mme Le Pen, ne mettez pas tout le monde dans le même sac". "Pouvez-vous prendre l'engagement, devant les Français, que parmi les personnes les plus fortunées qui vous ont fait des dons, il n'y a pas plusieurs cadres de l'industrie pharmaceutique, de l'industrie chimique pétrolière, de l'industrie bancaire?", l' a ainsi interrogé Benoît Hamon.

Là encore, Emmanuel Macron l'a interrompue pour lâcher: "Je crois que c'est encore pour moi".

Jean-Luc Mélenchon a pour sa part interrompu Mme Le Pen lorsqu'elle parlait de l'importance d'enseigner davantage le français.

François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont tous trois déploré l'absence des petits candidats à ce premier débat.

Ce débat télévisé entre les cinq principaux candidats marquait le véritable lancement d'une campagne jusqu'à présent dominée par l'inculpation du conservateur François Fillon dans une affaire d'emplois présumés fictifs, énième rebondissement dans la course pour succéder à l'impopulaire président socialiste François Hollande.

Nicolas Dupont-Aignan lui aussi candidat à cette élection n'a pas été convié.

Recommande: