Un photomontage de Merkel en Hitler en une d'un quotidien — Turquie

21 Mars, 2017, 01:43 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Ce journal turc a osé publier un photomontage de Merkel en Hitler

Il l'a accusé de "pratiques nazies", en référence à l'interdiction de meetings électoraux en faveur du oui au référendum turc du 16 avril. Ils manifestent leur solidarité. Ces municipalités avaient mis en avant des problèmes logistiques pour expliquer leur décision, arguant dans au moins un cas ne pas avoir été informées de la venue d'un ministre turc et du caractère politique de la manifestation.

Les propos de Recep Erdogan avaient provoqué la colère en Allemagne, la chancelière Angela Merkel appelant Ankara à "garder la tête froide".

L'Allemagne, qui héberge la plus importante diaspora turque au monde, dont 1,4 million de personnes inscrites sur les listes électorales consulaires, est au centre de la crise entre la Turquie et l'Europe.

Cette rhétorique outrancière s'inscrit pour l'homme fort d'Ankara dans le cadre d'une campagne musclée en faveur d'une réforme constitutionnelle visant à élargir ses pouvoirs, soumise au référendum le 16 avril. "Mais tu a recours en ce moment à des pratiques nazies", a lancé M. Erdogan à l'adresse de la chancelière. Est-ce que monsieur Erdogan a encore tous ses esprits?

De son côté, le chef de la diplomatie allemande, Sigmar Gabriel, estime dans une interview publiée lundi qu'une limite a été franchie par les dirigeants turcs dans leurs accusations contre Berlin et leurs comparaisons avec les méthodes nazies.

En outre, interrogé hier sur l'antenne de la chaîne de télévision CNN Turk, le porte-parole de la présidence, Ibrahim Kalim, a parlé d'une montée de la " Turquiephobie " en Europe pour expliquer les réactions enregistrées ici et là face à Ankara. Il dément catégoriquement toute implication.

Une telle mesure acterait donc la fin des ambitions de la Turquie sur ce point, comme l'a souligné hier le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, dans une interview au quotidien allemand Bild.

Le ministre danois des Affaires étrangères, Anders Samuelsen, a quant à lui annoncé hier qu'il convoquait l'ambassadeur de Turquie à Copenhague pour évoquer les menaces " inacceptables " dont avaient fait état, dans le quotidien Berlingske, des binationaux turco-danois critiques du président Erdogan.

Recommande: