Un questionnaire destiné aux élèves agite la Corse — Croyance religieuse

21 Mars, 2017, 05:14 | Auteur: Remi Laffitte

"Est-ce que tu crois en Allah/Dieu/Yahvé?" Un questionnaire, élaboré dans le cadre d'une étude sur la diversité commandée par l'Assemblée de Corse, fait polémique sur l'île. Un questionnaire anonyme, dans lequel des interrogations sont posées notamment au sujet des pratiques linguistiques ou encore religieuses dans les familles de Corse. En cause, deux questionnaires, commandés par le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, issu du mouvement indépendantiste Corsica Libera.

"Est-ce que tu crois en Allah / Dieu / Yahvé?", "Est-ce que ton père croit en Allah / Dieu / Yahvé?", "Est-ce que ta mère croit en Allah / Dieu / Yahvé?", peut-on ainsi lire dans la version du questionnaire destinée aux élèves du primaire.

Mais ce n'est pas tout: d'autres questions concernent les pratiques alimentaires ou culturelles tenues lors du vendredi Saint, du Ramadan ou encore du Shabbat.

François Tatti, le président (DVG) de l'agglomération de Bastia et conseiller territorial, a été l'un des premiers à monter au créneau. L'élu s'est dit "profondément heurté par la démarche et par le contenu" du questionnaire et se dit prêt à saisir le tribunal administratif si nécessaire pour obtenir son interdiction. Interdit par le recteur "J'ai prononcé en l'état la non-diffusion de ce questionnaire dans le système éducatif corse", a indiqué, hier, le recteur de l'Académie.

Philippe Lacombe a rappelé le caractère "extrêmement sensible" de ces thématiques, expliquant qu'aucun élément ne plaidait "pour la diffusion du questionnaire, encore moins en année électorale".

"La réalisation d'un état des lieux quantitatif est rendue indispensable pour évaluer l'importance de chacun des groupes culturels au sein de la population", écrit M. Talamoni. "En tant que fonctionnaires, il nous est absolument impossible de proposer à des enfants de répondre à ce type d'enquête", précise-t-il. La démarche qui a d'ailleurs servi de base aux chercheurs de l'Université est l'enquête de l'INSEE et de l'INED intitulée 'Trajectoires et origines' (2008-2009). Ce dernier de conclure: "J'espère que le dialogue (...) entre l'université et le rectorat permettra de trouver un terrain d'entente, car le traitement de cette délicate question implique nécessairement qu'un état des lieux soit réalisé, sur des bases scientifiques d'une parfaite rigueur".

Chez les enseignants, on ne cautionne pas le projet.

Des élus ou encore des membres du corps enseignant se sont élevés contre le caractère intrusif et tendancieux de ce questionnaire.

"Nous sommes clairement en dehors des clous".

Diversité et statistiques: où en sommes-nous?

Recommande: