Attentat à Saint-Pétersbourg

13 Avril, 2017, 20:17 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Une explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait plusieurs blessés

Le Comité d'État de la sécurité nationale de la République Kirghize coopère avec ses collègues russes dans le cadre de l'enquête sur l'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg qui a tué au moins 14 personnes et en a blessé des dizaines d'autres.

Les enquêteurs du Comité d'enquête, des services secrets et du ministère de l'Intérieur "ont établi que la bombe artisanale a pu être actionnée par un homme dont des restes ont été retrouvés dans le troisième wagon de la rame", a indiqué mardi le comité, dans un communiqué.

Des résidants de Saint-Pétersbourg, ville de cinq millions d'habitants, la deuxième plus grande de Russie, sont venus mardi déposer des gerbes de fleurs à l'extérieur des stations de métro situées à proximité de l'attentat.

Le Comité d'enquête russe a annoncé peu après avoir ouvert une enquête pour "acte terroriste", tout en précisant que "toutes les autres pistes" seraient examinées.

"Il est probable qu'il a acquis la nationalité russe", a précisé Rakhat Saoulaïmanov, porte-parole du GKNB, en contact "étroit" avec leurs homologues des services de renseignement russes du FSB, qui n'ont pas confirmé leurs informations. Son porte-parole Dmitri Peskov, cité par les agences russes, a indiqué que le drame présentait "tous les signes d'un attentat". Les premières images diffusées sur les réseaux sociaux et par les télévisions russes montrent une rame de métro soufflée par une explosion, de nombreux voyageurs tentant de sortir des victimes des décombres.

Au lendemain de l'attentat qui a fait 14 morts et près de 50 blessés selon le ministre russe de la Santé, le conducteur du métro de Saint-Pétersbourg qui a explosé, lundi 3 avril, donne son témoignage.

Le pays n'avait pas été aussi durement touché depuis l'explosion en plein vol le 31 octobre 2015 d'un vol reliant l'Égypte à la Russie avec 224 personnes à bord, un attentat revendiqué par le groupe État islamique.

Les services de sécurité russes ont annoncé à plusieurs reprises avoir démantelé des cellules jihadistes qui s'apprêtaient à frapper Moscou et Saint-Pétersbourg.

"Nous étudions toujours toutes les éventualités: accidentelle, criminelle et avant tout une action à caractère terroriste", a assuré Vladimir Poutine qui se trouvait à Saint-Pétersbourg au moment des faits.

Les services anti-terrroristes ont depuis renforcé les mesures de sécurité notamment dans les transports, les aéroports et les gares.

Le président américain, Donald Trump, a, pour sa part, dénoncé un attentat "absolument horrible ".

Recommande: