Pence recommande à Pyongyang de ne pas éprouver la détermination de Trump

17 Avril, 2017, 21:06 | Auteur: Ludovic Moineau
  • Missiles nord-coréen

Ce test, ou un sixième essai nucléaire, était largement attendu du régime de Pyongyang, alors que la tension est au plus haut avec Washington depuis que M. Trump a affirmé jeudi sa volonté de "traiter " le "problème " nord-coréen et qu'il a envoyé un groupe aéronaval autour du porte-avions Carl Vinson vers la péninsule coréenne.

Le numéro 2 du régime nord-coréen, Choe Ryong-Hae, a promis samedi que son pays était "prêt à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon ".

Alors que le régime stalinien a effectué dimanche un tir de missile raté, les soldats visibles depuis une vedette chinoise semblent singulièrement désoeuvrés, qu'ils soient assis sur un vélo, plongés dans leur lecture ou dans la fumée de leur cigarette, à côté de femmes occupées à laver des vêtements dans l'eau du fleuve. Un peu plus tôt, des conseillers importants de l'administration américaine, s'exprimant également anonymement, avaient indiqué avoir mené à son terme un réexamen des options américaines pour parvenir à l'objectif d'une Corée du Nord dépourvue de toute arme nucléaire.

A Séoul, M. Pence a salué lundi après-midi les efforts de Pékin: "C'est encourageant de voir que la Chine s'engage dans ce sens".

"Il est donc temps que nous entreprenions toutes les actions possibles, avant l'option militaire, pour tenter de résoudre cela pacifiquement", a-t-il dit dans un entretien diffusé dimanche sur une chaîne américaine depuis Kaboul, en Afghanistan.

Or Pyongyang justifie justement son programme nucléaire par la menace américaine. Pour Séoul, il s'agit de mesures de représailles au déploiement du Thaad. Washington veut parvenir à la sécurité "au travers de moyens pacifiques, grâce à la négociation".

Le vice-président s'était rendu dans la matinée dans le village frontalier de Panmunjom, où avait été signé le cessez-le-feu de 1953, à quelques mètres d'une démarcation qu'il a qualifiée de "frontière de la liberté".

"Le message du peuple des Etats-Unis d'Amérique est que nous recherchons la paix, mais l'Amérique a toujours cherché à parvenir à la paix en utilisant la force, et mon message aujourd'hui, alors que je me tiens avec les forces américaines en Corée, avec les militaires courageux de la République de Corée, est un message de détermination", a-t-il dit. Les comportements du royaume ermite ces deux derniers jours montrent bel et bien sa détermination à persister dans son programme nucléaire et balistique.

Au lendemain d'une vaste parade militaire, la Corée du Nord a échoué, hier, à mener un nouveau tir de missile depuis le site de Sinpo, sur la côte est. "L'ère de la patience stratégique est révolue", a ajouté M. Pence, en référence à la doctrine américaine sous Barack Obama.

Celle-ci consistait à refuser tout dialogue avec le Nord et à durcir les sanctions afin que Pyongyang fasse des gestes tangibles vers la dénucléarisation, dans l'espoir que les tensions internes dans ce pays reclus provoquent du changement.

Recommande: