6 choses à savoir à 7 jours du 1er tour — Présidentielle française

18 Avril, 2017, 20:10 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Le président François Hollande le 13 avril 2017 à Niort

Faisant monter le suspense à quelques jours du scrutin, le tassement des deux favoris dans les dernières enquêtes d'opinion laisse entrevoir une course non plus à deux ni à trois, mais véritablement à quatre.

Cinq candidats à la présidentielle 2017 ont foulé le sol de La Réunion.

Pour les entretiens, le tirage au sort a déterminé l'ordre de passage suivant: Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen, François Asselineau, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Emmanuel Macron, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et François Fillon. Alors que beaucoup de sondages le plaçaient derrière Jean-Luc Mélenchon, la tendance semble s'inverser car, d'après le baromètre agricole Terre-net BVA, le candidat des LR fonce tout droit vers le premier tour de la présidentielle.

A noter, la petite différence qui s'est glissée entre les deux messages.

L'enquête visant François Fillon sur de possibles emplois fictifs accordés à ses proches a été étendue le mois dernier aux conditions dans lesquelles des costumes de luxe lui ont été offerts par l'avocat d'affaires franco-libanais Robert Bourgi. En plein #PenelopeGate, le candidat de la droite a visité une ferme photovoltaïque, partagé un pique-nique avec des militants et tenu un meeting à Saint-Pierre. L'entourage du candidat d'En Marche!, contacté également par l'AFP, a confirmé que l'équipe de M. Macron avait reçu les mêmes photos ce jour-là. Multipliant les meetings - hier sur une péniche pour un meeting itinérant; ce soir dans 7 villes différentes dont Montpellier grâce à son hologramme - le candidat sait combien la qualification pour le second tour est fragile. Une promesse qui ne figure pas dans son programme.

Un autre sondage publié par Europe1 donne des résultats similaires. Officiellement, convaincre les indécis et les abstentionnistes; officieusement, limiter la casse et enrayer la chute dans les intentions de vote.

Dans le détail, Emmanuel Macron confirme sa position de leader. Il est probable que les autres partis appellent à des désistements et à un "front républicain".

73% des électeurs se disent à présent sûrs de leur choix.

Avec les marges d'erreurs inhérentes à ces enquêtes, toutes les combinaisons sont possibles pour le second tour, d'autant que plus de 30 % des électeurs avouent ne pas avoir encore choisi pour qui ils voteront.

Selon les plus récents sondages, la chef d'extrême droite Marine Le Pen, le centriste Emmanuel Macron, le candidat d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon et le conservateur François Fillon sont susceptibles de se qualifier pour le deuxième tour, qui opposera les deux candidats arrivés en tête du premier tour. Suite aux plus meurtriers attentats qui ont endeuillés la France et alors que la menace terroriste poursuit son développement - elle a encore tué à Londres, Saint-Pétersbourg et Stockholm récemment - les Français s'interrogent sur cette " intégration " qui a échouée. Pour sa part, Jean-Luc Mélenchon l'affirme dimanche dans les colonnes du quotidien le Parisien: "Je serai au second tour". À gauche, la perplexité n'est pas moindre face à une offre éclatée: vainqueur surprise de la primaire de son camp, le socialiste Benoît Hamon pâtit de la percée de M. Mélenchon et du ralliement de ténors socialistes à Emmanuel Macron.

Recommande: