Le sprint final est commencé — Présidentielle française

18 Avril, 2017, 21:31 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Des partisans de Marine le Pen

Le mouvement conservateur a contribué à l'organisation du rassemblement du 5 mars place du Trocadéro, à Paris, qui a conforté la position du candidat à la présidentielle, alors fragilisé par des défections en série liées à l'affaire des emplois potentiellement fictifs dont aurait bénéficié sa famille. Il s'agit de Macron, Le Pen et Fillon.

C'est un scénario que redoutent les forces de l'ordre françaises: une attaque terroriste à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle qui se tiendra le 23 avril prochain.

Les deux premiers sont à égalité: Emmanuel Macron (En Marche!) reste stable à 22%, même score pour Marine Le Pen (Front national) qui est en léger recul. Tous les deux semblent avoir enrayé la baisse observée ces dernières semaines, alors qu'ils entrent dans la dernière ligne droite de la campagne électorale.

A cinq jours du premier tour de la présidentielle, l'incertitude demeure totale dans notre sondage de la présidentielle en temps réel, réalisé par l'Ifop pour Paris Match, Fiducial, CNews et Sud-Radio. La troisième place revient au candidat de la droite, François Fillon crédité de 19,5% des intentions de vote. Il revient ainsi dans la course pour se positionner en tant que favori, ce qui va faire vaciller les deux leaders jusque là incontestés.

C'est ce qu'a déclaré au micro d'Europe 1 François Fillon, qui a également regretté que le président américain "se précipite " pour féliciter le président turc après sa victoire au référendum.

De son côté, Emmanuel Macron reste stable dans les intentions de vote. François Fillon devra surtout convaincre les électeurs sarkozystes, puisque 20% d'entre eux disent vouloir s'abstenir. A gauche, Jean-Luc Mélenchon poursuit son ascension. Ce dernier a notamment marqué des points lors de ses meetings comme celui de Toulouse ce week-end. Il n'obtient toujours pas les 10% d'intention de vote et stagne à 8%. Le candidat de la " France insoumise " opère d'ailleurs un véritable hold-up chez les électeurs traditionnels des socialistes: il séduit 25% des 25-34 ans; 24% des employés et 21% des professions intermédiaires. Le candidat PS est suivi par Nicolas Dupont-Aignan qui n'est crédité que de 3%. Le centriste Jean Lassalle, la candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud et François Asselineau obtiennent 0,5% chacun tandis que Jacques Cheminade n'atteint pas ce seuil.

Recommande: