Le FMI débloque enfin la deuxième tranche du MEDC — Tunisie

19 Avril, 2017, 23:44 | Auteur: Stephane Girardot

Et le choix du Brexit n'a pas été la catastrophe annoncée pour l'économie britannique.

Le Fonds monétaire international s'attend à une croissance de l'économie canadienne cette année, mais croit que cette amélioration sera plus modeste que celle prédite la semaine dernière par la Banque du Canada en raison du renforcement inattendu de plusieurs secteurs. En revanche, le FMI revoit à la hausse ses prévisions d'inflation à 2,6% cette année, soit + 0,6 % par rapport à son précédent rapport (octobre 2016).

"A court terme, les priorités consisteront à accroître les recettes fiscales de manière équitable, à mettre en œuvre la stratégie de réforme de la fonction publique afin de placer la masse salariale sur une trajectoire viable, à réduire les subventions énergétiques et à couvrir les déficits de liquidité immédiats du système de sécurité sociale", a souligné encore la mission. Et cette seconde tranche du prêt débloqué par le FMI en faveur de la Tunisie ne sera qu'un sursis ou un antalgique à une économie gangrenée par la corruption, l'informel et une administration qui fonctionne à 50% de son potentiel. Le FMI évoque une "matérialisation plus progressive que prévu" des effets négatifs de la future sortie Royaume-Uni de l'Union européenne. Mais elle estime que la zone euro aurait pu faire mieux sans les doutes politiques qui la tenaillent depuis des mois.

Reuter a également mis en exergue, à l'issue de la visite entreprise par les experts du FMI en Tunisie, "les efforts fournis par les différentes parties pour soutenir la solidité de l'économie tunisienne et orienter les politiques vers des niveaux supérieurs de développement et de créations d'emplois surtout dans les régions intérieures ". Selon l'institution, cette incertitude brouille le tableau actuel. Au cours de sa campagne, il a menacé de quitter l'organisation mondiale du commerce (OMC), qui s'efforce de faciliter les échanges internationaux. La France est juste derrière avec 1,4% selon les prévisions.

"Une importante menace vient d'un virage vers le protectionnisme conduisant à une guerre commerciale", prévient dans le rapport le chef économiste du FMI, Maurice Obstfeld. Qui ne manqueront pas de répliquer. "Des nouvelles actions multilatérales sont nécessaires pour s'attaquer aux défis communs", clame le FMI.

Dans le détail, le FMI envisage un ralentissement de la croissance en Allemagne (1,6 % en 2017 et 1,5 % en 2018) et une très légère accélération en France (1,4 % en 2017 et 1,6 % en 2018). Même s'il a pris des gants, le FMI avertit ainsi le président américain qu'il ne peut pas imposer de nouvelles règles au monde entier sans en subir des conséquences.

Recommande: