Les candidats s'emparent du thème du terrorisme — Attentat déjoué

19 Avril, 2017, 20:09 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Jean Marie Le Pen et sa fille Marine

Cette dernière perdrait également face à Jean-Luc Mélenchon (43% contre 57%) et François Fillon (44% contre 56%). Alors que deux hommes suspectés de projeter un attentat ont été interpellés mardi à Marseille, Jean-Luc Mélenchon a envoyé un message de soutien à deux de ses rivaux, François Fillon et Emmanuel Macron.

François pourrait retrouver sa dynamique de janvier dans les sondages à quelques jours du premier tour de la présidentielle.

Tous les autres candidats sont stables avec bien sûr des enjeux différents: Benoît Hamon, le candidat du Parti socialiste veut sauver ce qui peut l'être en atteignant la barre symbolique des 10% alors qu'il n'est aujourd'hui crédité que de 7,5% des intentions de vote au premier tour. Une partie de l'électorat de droite s'est aussi rangé du côté d'Emmanuel Macron, les juppetistes en particulier. Son meilleur post, où il tient une petite fille dans ses bras, cumule 5 000 réactions, et 850 partages. Je veux solennellement dire aux trois personnes dont les noms ont été évoqués c'est à dire monsieur Fillon, madame Le Pen et monsieur Macron, je leur exprime ma solidarité personnelle la plus totale " a-t-il déclaré.

Mais à un point d'écart, les deux concurrents peuvent encore inverser la tendance d'ici au premier tour, dimanche prochain. Les candidats à l'élection présidentielle étaient visés par ces terroristes présumés, à moins que ce ne soit le scrutin et les bureaux de vote qui soient la cible des terroristes. Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France insoumise, troisième, obtiendrait 19,5% des voix. C'est Nicolas Dupont-Aignan qui réussit à gratter une nouvelle fois un point à 4% des intentions de vote.

Risque-t-elle de rater son accès au second tour? Pourtant, 47% des sondés continuent de pronostiquer une victoire du candidat d'En Marche!. Et s'imposer donc au second tour, à la surprise générale.

Multipliant les passages radios et télés, la patronne du FN a enfin jugé mercredi matin que "la colonisation a beaucoup apporté, notamment à l'Algérie", alors qu'elle s'en était régulièrement prise à Emmanuel Macron qui avait qualifié en Algérie la colonisation de "crime contre l'humanité".

Recommande: