Macron et Le Pen en tête, Mélenchon talonne Fillon — Sondage

19 Avril, 2017, 23:17 | Auteur: Stephane Girardot
  • François Fillon le 14 avril à Montpellier

Son mouvement annonce "1.000 événements par jour dont 163 réunions publiques avec des élus et au moins quatre grands meetings nationaux". Au-delà de ce faible écart -puisqu'on se situe dans la marge d'erreur- la candidate du FN n'est pas en dynamique.

4% des personnes certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. En troisième position, également stable ce mardi, François Fillon reste à trois points seulement de Marine Le Pen, avec 19,5% des intentions de vote. "Tout cela est inqualifiable de sa part", a ajouté le candidat PS.

Avec respectivement 24% et 23% d'intentions de vote, le candidat d'En Marche! et celle du Front national progressent chacun d'un point en une semaine. Jean-Luc Mélenchon affirme que la culture "participe de ce que nous appelons la révolution citoyenne, qui va à l'encontre de la gestion libérale des politiques libérales précédentes ". "Personne ne peut en dire autant, regardez la gauche" divisé entre Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron.

Alors que la présidente du Front national s'exprimait depuis environ un quart d'heure, une femme est montée sur scène avec un bouquet de fleurs et des inscriptions sur son torse nu.

Il occupe la place de celui qui parle pour les "sans-voix", les oubliés, les perdants, a expliqué le secrétaire général du CEVIPOF. "Elle aurait dû rester un peu, elle aurait appris quelque chose", a ironisé Marine Le Pen. "Cette fois, c'est lui qui est parvenu à l'incarner", a-t-il précisé.

L'autre explication de la hausse de popularité du candidat de La France insoumise réside selon lui dans le fait qu'il incarne le vote utile à gauche. Loin derrière, le socialiste Benoît Hamon poursuit son recul à 8% (-1).

Au deuxième tour: Macron (65%), Marine Le Pen (35%). Marine Le Pen venait de dépeindre une "France dépossédée" de sa souveraineté autant que son identité. Invité de Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Bruno Retaillau, le porte-parole du candidat Les Républicains, a concentré ses critiques sur l'ancien ministre de l'Économie, présenté comme le "digne héritier de François Hollande" et accusé d'être " un méli-mélo qui n'a pas de sens". Au premier tour en tout cas, rien ne change.

Cette élection a déjà connu beaucoup de surprises. Tous les deux semblent avoir enrayé la baisse observée ces dernières semaines, alors qu'ils entrent dans la dernière ligne droite de la campagne électorale.

Les investisseurs étrangers, qui s'inquiétaient déjà d'une élection de Marine Le Pen il y a quelques mois, sont donc de nouveau sur leurs gardes.

Un futur chef de gouvernement?

Recommande: