Présidentielle : le clip de campagne de Jean-Luc Mélenchon

19 Avril, 2017, 23:35 | Auteur: Stephane Girardot
  • Marine Le Pen Jean Luc Mélenchon Benoît Hamon Emmanuel Macron et François Fillon

À six jours du premier tour, Marine Le Pen et Emmanuel Macron enrayent, selon un sondage Elabe pour BFMTV et L'Express, la tendance à la baisse dont ils souffraient depuis le milieu du mois de mars. Physiquement à Dijon ce mardi soir, Jean-Luc Mélenchon était aussi "diffusé" en simultané à Grenoble, Montpellier, Nancy, Nantes, Le Port, sur l'île de La Réunion et à Clermont-Ferrand. Le leader d'En Marche! et la candidate du Front national gagnent chacun un demi point dans cette enquête, avec respectivement 24 et 23%, tenant à distance François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, chacun en recul de 0,5 point à 19,5 et 18%. "Ils viennent perturber un meeting de la seule femme qui défend les femmes", a réagi Marine Le Pen, qui a égrené le reste du temps ses sujets de prédilection, notamment celui de l'identité.

Loin derrière, le socialiste Benoît Hamon cède 1 point à 8% (-1), devant le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (4%, +1) et le trotskiste Philippe Poutou (2%).

Le candidat de Debout la France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan se produira au même moment et à quelques encablures au Cirque d'Hiver pour un grand meeting de fin de campagne.

Dimanche à Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a prévenu que le résultat du premier tour risque de se jouer à "une poignée de voix", du bon ou du mauvais côté pour lui. La visite initialement programmée de l'Ecole informatique 42 a finalement été annulée pour raisons de sécurité selon la direction de l'école, en raison de l'hostilité d'une partie des élèves selon certains médias.

Après son meeting mardi soir à Dijon retransmis dans six autres villes par hologrammes, Jean-Luc Mélenchon se rend mercredi dans le Jura pour une visite du site de production "Trivolution" du groupe coopératif Demain.

Lors de son événement, M. Macron, un ancien banquier qui a de forts liens avec le milieu des affaires, s'est fait le défenseur de l'Europe, et a promis de représenter une France "ouverte, confiante et gagnante" contrairement à ses rivaux d'extrême droite et d'extrême gauche.

"Ne croyez pas ce qu'ils vous disent: "il veut sortir de l'Europe, de l'euro" (.), allons, un peu de sérieux", a déclaré le candidat de La France insoumise, évoquant des "enjeux immenses de savoir si nous allons nous opposer les uns aux autres en Europe ou si nous allons faire baisser les tensions qui existent entre les peuples". Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: