Attentat "imminent" déjoué: le point sur l'enquête

20 Avril, 2017, 16:33 | Auteur: Remi Laffitte
  • Denis Charlet  AFP

Ce dernier, originaire de Croix, près de Roubaix, a un parcours de délinquant chevronné avec 12 condamnations entre 2004 et 2013 pour des faits de vol aggravé, violences et trafic de stupéfiants. "Selon le procureur, Clément Baur "n'a eu de cesse de changer de domiciliation et d'utiliser des alias", notamment celui d'un jihadiste tchétchène connu pour avoir vécu à Verviers, et donc de se déplacer en France, en Belgique, en Allemagne". On sait néanmoins qu'ils se rejoignent fin mars à Marseille, après un passage à Nancy, pour louer un appartement.

Deux hommes soupçonnés de préparer un attentat 'imminent' ont été arrêtés mardi à Marseille, a-t-on appris de source judiciaire. Une incertitude mêlée de soupçon: les enquêteurs auraient en effet découvert un montage photo montrant l'un des terroristes potentiels, arme à la main et drapeau de Daesh en toile de fond, tenant un journal avec une photo de François Fillon.

Trois kilos de TATP, un explosif artisanal prisé des djihadistes, plusieurs armes, des sacs de munitions et un drapeau de l'Etat islamique ont été saisis à Marseille dans l'appartement occupé par les deux hommes.

Le 4 avril, Mahiedine M. a envoyé un pli au commissariat de Roubaix accompagné d'un mot: " Je vous donne ma carte d'identité et ma carte [bancaire, ndlr] car à cause de vous je n'en ai plus l'utilité.

Les deux hommes ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête en flagrance ouverte à Paris pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste".

Le plus âgé des deux suspects, Mahiedine Merabet, cherchait à entrer en contact avec l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), notamment pour transmettre "une vidéo d'allégeance ou de revendication", a également révélé le procureur Molins.

Face à cette situation et en vue de rassurer les Français, le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a réagi immédiatement lors d'un point de presse après l'annonce de l'arrestation de ces deux suspects, en affirmant que les services de son département sont "totalement et plus que jamais mobilisés partout en France pour assurer la sécurité des Français, pour assurer le bon déroulé de la campagne présidentielle, pour assurer la sécurité des meetings et des rassemblements, pour assurer la sécurité des candidats et de leurs quartiers généraux de campagne".

Le document a été intercepté le 12 avril par la Direction générale de la sécurité intérieur (DGSI).

Selon le quotidien, les officiers de sécurité de François Fillon ont été avertis vendredi de "risques avérés" sur le candidat de la droite à l'élection présidentielle.

Les deux terroristes de Marseille ont-ils voulu viser François Fillon?

- Voulaient-ils s'attaquer à la présidentielle?

Selon une source proche de l'enquête, "ils cherchaient à impacter la période" de campagne électorale, "c'est certain", mais aucun projet précis ciblant un candidat n'a été identifié à ce stade. "Nos services et nos policiers ont travaillé de manière remarquable, nous permettant d'arrêter deux personnes qui vont maintenant être confrontées aux juges et aux policiers pour que nous sachions exactement quelles étaient leurs intentions", a-t-il ajouté. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: