Engie restructure ses fonctions support : plus de 600 salariés impactés

20 Avril, 2017, 08:24 | Auteur: Stephane Girardot
  • Engie va supprimer 504 postes en 3 ans dans ses sièges européens | Crédits

Ces suppressions de postes se font puisqu'Engie redéfinit les missions et la taille de son siège ce qui conduit à la fermeture du siège de Londres et une bi-localisation de son siège à Paris et Bruxelles.

Le plus gros de ces suppressions de postes, réalisées via des départs volontaires, des mobilités internes et des retraites anticipées d'ici fin 2018, touchera la France, avec 416 salariés impactés, ont précisé les sources syndicales.

Parallèlement, 114 créations de postes sont prévues, essentiellement en France (104), selon des sources syndicales.

Le groupe, engagé dans un vaste plan de transformation et d'économies sur trois ans, a fait cette annonce à l'occasion d'un comité européen mercredi.

L'énergéticien français précise que ce plan, dont la mise en place s'étalera jusqu'en 2019, "ne conduira à aucun licenciement et reposera uniquement sur le principe du volontariat".

Engie travaillait depuis cet automne à la restructuration de ses fonctions support (RH, juridique, marketing, finances.).

Ce projet prévoit notamment "la suppression nette de 504 postes, dont 312 en France, 116 en Belgique et 76 au Royaume-Uni", détaille le groupe dans un communiqué.

Le géant français de l'énergie a confirmé qu'un "projet de nouvelle organisation du siège est présenté aujourd'hui (mercredi) et demain (jeudi) aux instances représentatives du personnel du groupe".

Ce PDV est une première dans une entreprise historique des industries électriques et gazières (IEG), ont observé la CFDT et la CGT. Une réduction d'effectif "énorme", selon la CFE-CGC.

Pour les salariés qui restent, la CFE-CGC sera aussi très attentive "aux efforts de formation et d'adaptation" mis en oeuvre, a-t-il ajouté. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Recommande: