François Fillon à Nice : un meeting ponctué de sifflements

20 Avril, 2017, 10:03 | Auteur: Gregory Millet
  • Marine Le Pen et Emmanuel Macron

François Fillon a également critiqué Jean-Luc Mélenchon, certes "un homme de culture" qui a "du talent" mais qui est "surestimé" et dont la montée dans les sondages relève de "l'émotionnel".

Donnée qualifiée au second tour du scrutin par toutes les enquêtes d'opinion depuis des mois, la candidate anti-immigration et anti-euro connaît ces derniers jours un tassement dans les sondages, tout comme l'autre favori, le centriste pro-européen Emmanuel Macron - tous deux autour de 23% des intentions de vote. Les courbes indiquent une remontée lente de François Fillon, une remontée aussi, plus soutenue de Jean-Luc Mélenchon qui a effacé Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste, qui descend à 8%. Pour un échantillon de cette taille, la marge d'erreur est de 1,8 point pour 20% d'intentions de vote.

Au second tour, Emmanuel Macron l'emporterait avec 60,5% des voix contre 39,5% à la candidate d'extrême droite.

Sondage réalisé en ligne du 16 au 19 avril auprès de 2.792 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Des "options" ont ensuite été posées pour l'éventuel entre deux tours: à Nice le jeudi 27, une terre de droite qui aurait les faveurs frontistes, surtout si Marine Le Pen doit s'attirer les faveurs de l'électorat de droite face à Emmanuel Macron.

Marine Le Pen a lancé lundi la dernière semaine de sa campagne présidentielle en insistant sur des thèmes qu'elle n'a pour l'instant pas réussi à imposer dans le débat, comme l'identité française et l'immigration, au cours d'un meeting perturbé par de brefs incidents. "Rendez-nous la France", a lancé la présidente du FN lors d'un discours aux accents identitaires. Des échauffourées se sont répétées durant environ une heure et demie, notamment le long du canal de l'Ourcq, Une militante du mouvement Femen est intervenue sur scène, avant d'être immédiatement évacuée par le service d'ordre du Front national. Là encore l'effet de surprise est bel et bien présent puisque François Fillon se positionne encore comme le candidat préféré des français sur les réseaux sociaux. Mes opposants de tous bords n'ont cherché qu'une seule chose: "m'abattre plutôt que débattre", a-t-il martelé.

Interrogée par ailleurs sur le soutien que lui a apporté dimanche dans un tweet son père Jean-Marie Le Pen, qu'elle a fait exclure du FN en août 2015, Marine Le Pen a d'abord répondu: "On se douterait qu'il voterait pas Macron ou Mélenchon, c'est pas une énorme surprise".

Quant à Benoît Hamon, décroché du carré de tête, il comptera sur un meeting à Toulouse ce mardi et un rassemblement "festif et très politique" mercredi place de la République à Paris pour déjouer les pronostics. Il faudra attendre le dépouillement des urnes pour savoir lesquels des quatre candidats en tête s'affronteront en duel au second tour.

Recommande: