La secrétaire d'État Juliette Méadel votera Macron — Présidentielle

20 Avril, 2017, 13:29 | Auteur: Gregory Millet
  • Capture d'écran BFMTV.                 - Capture d'écran BFMTV

Tout peut-il encore changer d'ici dimanche?

Au second tour, selon les six scénarios envisagés, Marine Le Pen ne sort jamais gagnante de ses duels face aux trois autres favoris.

Les Français voteront une première fois dans quelques jours.

Les quatre candidats restent donc dans un mouchoir de poche.

Bien malin qui pourrait prédire avec certitude les noms des deux finalistes, tant la volatilité semble de mise dans l'électorat. Les deux débats télévisés, manifestement, ne l'ont pas aidée.

"Je pense que c'est une mesure qui a vocation pour elle à se relancer dans cette campagne difficile et à faire parler d'elle, a-t-il ajouté, lors d'un déplacement dans une usine des Yvelines". Le candidat centriste continue à capitaliser sur le sans-faute de sa campagne, et à rallier tant les désolés du PS, qui ne croient plus à Hamon et se défient de Mélenchon, que ceux qui, à droite, détestent autant le conservatisme de Fillon que les traces de bottes de la présidente du FN. Par contre, ils ne sont que 57 % à être sûrs de leur vote Hamon.

3 Benoît Hamon, justement, est totalement largué.

De son coté, Jean-Luc Mélenchon poursuit ses attaques espérant atteindre le second tour. Car son atout majeur, c'est sa jeunesse: 39 ans.

Marine Le Pen tient également un grand meeting de fin de campagne mercredi à Marseille. Il est crédité d'environ 20 % des voix, alors qu'il était condamné à faire de la figuration voilà un bon mois.

Les intentions de vote au 2nd tour selon ce sondage BVA. Rien n'est joué car il reste encore pas mal d'indécis.

Le candidat du mouvement En Marche!

"Tous" les candidats à la présidentielle participeront jeudi soir à l'émission politique organisée par France 2, a assuré le directeur de l'information de France Télévisions Michel Field. "On croise les doigts", confie Isabelle Nkounou, une militante pro-Macron, qui confie que "l es derniers jours ont été très tendus". A l'inverse, les 20 % de François Fillon auraient dû être le minimum pour le candidat de la droite républicaine. "Ça a été un peu une claque parce qu'on ne s'y attendait pas".

Recommande: