Mélenchon se rapproche de Le Pen et Macron (sondage) — Présidentielle

20 Avril, 2017, 17:22 | Auteur: Gregory Millet
  • EN VIDEO - Mélenchon à Macron:

Ils sont respectivement 20 et 15 % à pouvoir changer d'avis quant au nom inscris sur leur bulletin au premier tour. En meeting mardi soir à Besançon, Emmanuel Macron déclarait: "Le révolutionnaire communiste, il était sénateur socialiste quand j'étais encore au collège!" "Aujourd'hui, il ne rendrait pas service en parlant, parce que toute l'argumentation de ceux qui contestent Macron c'est de dire que c'est Hollande bis", explique un de ses proches.

Et si Le Pen passait au second tour? Elle régresse dans les intentions de vote des ouvriers, des plus jeunes, des sympathisants LR.

Une situation inédite sous la Vème République qui a toujours connu deux favoris et un troisième homme qui n'aura réussi à se hisser au second tour qu'en 2002. Le candidat de la France Insoumise qui surfe actuellement sur une vague de succès inédite depuis le lancement de sa campagne battrait Fillon au second tour (59% contre 41%), gagnerait également face à Marine dans le duel des extrêmes (63% contre 37%) mais s'inclinerait face à Emmanuel Macron (46% pour Mélenchon, 54% pour le candidat d'En Marche).

François Hollande met en garde contre le "péril" Mélenchon. S'ils ne pensent pas que Jean-Luc Mélenchon peut se qualifier dans les jours qui précèdent le scrutin, nombre de ses électeurs de gauche risquent, in extremis, de reporter leurs voix. La qualification de Fillon au second tour n'est possible qu'à la faveur d'un net décrochage d'un de ses deux principaux concurrents, Macron ou Le Pen. Si on admet que M. Macron fait maintenant la course en tête, il faudrait, pour que la représentante du Front ne franchisse pas le cap, qu'elle soit rattrapée par M. Fillon (avec au moins trois points supplémentaires) ou par M. Mélenchon qui, lui, aurait besoin de quatre points de plus. A présent, la cible est donc bien plus large. Le candidat de la droite peut compter sur le vote des seniors, mais il lui manque cette partie de l'électorat populaire et des classes moyennes qui avait permis à Nicolas Sarkozy de l'emporter en 2007. "En tout cas, s'il ne le savait pas, il le sait maintenant". Enfin, la moyenne des sondages accorde seulement entre 8 et 9 % à Benoît Hamon.

La fille de Jean-Marie Le Pen doit convaincre les électeurs déçus de François Fillon alors que sa base électorale des régionales de 2015 semble solide et fidèle.

Dans un message à son successeur à l'Elysée, il souligne que l'un des enjeux du futur quinquennat sera "le dialogue social". "Depuis 15 ans, par exemple, il n'y a jamais eu autant de constructions de logements en France".

Le chef de l'Etat se dit aussi "fier d'avoir tenu le pays après les attentats" et "pareillement fier d'avoir redressé l'économie française". "Casser la dynamique en oeuvre serait suicidaire pour le pays".

Recommande: