Pour son dernier grand rendez-vous, Mélenchon se démultiplie en six hologrammes

20 Avril, 2017, 14:58 | Auteur: Gabriel Abbadie
  • Seine-Saint-Denis : plusieurs centaines de manifestants contre un meeting de Marine Le Pen

Moins de 24h plus tard, c'est Emmanuel Macron qui prendra le relais au même endroit.

Jean-Luc Mélenchon a exprimé mardi sa "solidarité personnelle la plus totale" à l'égard de François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, cités comme les cibles potentielles de l'attentat déjoué à cinq jours de l'élection présidentielle. Épiphénomène ou nouvelle configuration du jeu? A la troisième place, Jean-Luc Mélenchon continue d'engranger: il augmente son capital-confiance de 0,5 point. Ainsi il semble plutôt que ce soit le candidat de des Républicains qui a fait une percée de +1,5%.

Le président Hollande a décidé de ne pas briguer un deuxième mandat et déclaré qu'il appellera à voter pour un candidat avant le second tour.

Hollande a cependant tenu à faire la distinction entre le candidat d'extrême gauche Mélenchon avec la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, estimant qu'ils n'étaient pas " la même chose " et alertant des dangers d'une éventuelle accession au pouvoir de la présidente du Front national. A cette occasion, ses soutiens se sont mobilisés sur internet avec le hashtag #laforcedupeuple afin de maintenir la pression dans la dernière ligne droite. Des centaines, voire des milliers de personnes, refoulées faute de places dans les salles étaient prêtes à regarder ses meetings sur écran géant debout à l'extérieur.

A quatre jours du premier tour de la présidentielle française, Jean-Luc Mélenchon montre ses muscles, sur le plan de son discours, mais aussi sur l'organisation de son équipe de campagne. Cependant Jean Luc Mélenchon demeurerait un candidat jugé trop proche des idées "marxistes ". Une partie des observateurs dont le sénateur Luc Carvounas estiment qu'il surfe sur une certaine démagogie pour se faire aimer des électeurs. Depuis le début de la campagne on lui reproche une relative sympathie pour le kremlin de Poutine défendant celui-ci d'être "une victime " au sujet de l'assassinat de l'opposant politique russe Boris Nemtsov. Récemment encore le candidat Macron défendait à corps et âme la cause africaine avec les dossiers Laurent Gbagbo et la question du Franc CFA.

Recommande: